[]

118 résultats trouvés.

L’éternel cycle électoral

Par

Voilà. On sait enfin comment le gouvernement a choisi d’investir l’argent qu’il a grappillé grâce à son programme d’austérité. Après des années à demander à la population de se serrer la ceinture, après avoir augmenté et modulé les tarifs des services de garde subventionnés, sous-financé et aboli les instances de développement et de démocratie régionales, exigé au personnel des commissions scolaires et du système de santé de faire plus avec moins, réjouissons-nous! Le temps de la disette s’est terminé aujourd’hui à grand coup de 8$ par chèque de paie et de quelques millions de plus en santé et en éducation d’ici 3 ans.

L’argent en éducation selon l’IEDM : avancez vers l’arrière

Par

Oubliez l’austérité. S’il faut en croire une étude récente de l’Institut économique de Montréal (IEDM) l’argent pleut sur le réseau d’enseignement public préscolaire, primaire et secondaire alors même que l’effectif étudiant diminue. Et cela va s’intensifier puisque le gouvernement prévoit des dépenses additionnelles en infrastructures et l’embauche de personnel. Pour mettre un terme à cet « emballement des dépenses » au cours de la dernière décennie, il faut « changer les façons de faire sans que cela ne coûte plus cher », afin que « le contribuable en ait plus pour son argent », croit l’IEDM. Voilà la trame d’une étude dont l’objectif premier est de ressasser les mêmes poncifs éculés à saveur libertarienne.

Les inégalités en hausse dans les écoles québécoises

Par

Le système scolaire québécois est mal en point. Le plus souvent, ce sont les commissions scolaires et une certaine rigidité bureaucratique qui sont pointées du doigt et accusées de tous les maux. Pourtant, la principale menace qui plane sur nos écoles n’a rien à voir avec deux ou trois fonctionnaires trop pointilleux, mais avec les fortes inégalités qui y prennent.

 

Inégalité scolaire: le Québec dernier de classe ?

Par ,

La concurrence entre les différents établissements scolaires, ce qu’on appelle le « marché scolaire », s’impose comme la nouvelle norme présidant au destin des écoles québécoises. Que ce soit par le biais de la concurrence faite par les écoles privées aux écoles publiques ou même, de manière plus insidieuse, de la

Aucun document trouvé