Icône

Aidez-nous à poursuivre notre travail de recherche indépendant

Devenez membre

Les boucs émissaires

29 janvier 2024


Crise du logement, manque de personnel scolaire, attente à l’urgence, baisse du PIB par habitant, déclin du français… Les immigrant·e·s seraient la cause principale d’une foule de problèmes multifactoriels. Face à un tel argument, les responsabilités de plusieurs s’en trouvent éludées, à commencer par celles des gouvernements, qui ont pourtant à leur disposition de nombreux leviers d’action.

Icône

Restez au fait
des analyses de l’IRIS

Inscrivez-vous à notre infolettre

Abonnez-vous

Commenter la publication

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 comment

  1. Si on ne s’occupe pas de la politique, elle va s’occuper de nous…
    Tient! Tient! Tient!
    C’est exactement ce qui se passe.

    La dépossession dont le peuple est victime depuis au moins 50 doit cesser.

    Le pouvoir des banques privées de créer et d’utiliser l’argent-dette doit être détruit à tout jamais.

    Le concept même d’abris fiscal doit être criminalisé.

    Tout domaine ou le gouvernement est actif doit être interdit au privé en retirant à ce dernier toute forme de rabattement fiscal ou de subvention de l’état.

    Toute amende, pénalité ou punition imposée à quiconque doit être intégralement versé à des oeuvres de charité. Cela ne doit pas être une source de revenus pour aucun gouvernement.

    Il faut instaurer le droit de rappel des élus.Il ne doivent êtres que des délégués, et non plus des représentants.

    Le lobbying auprès du gouvernement qui n’est pas fait au nom d’un citoyen doit être criminalisé.

    Il faut définir ce que sont les biens premiers et les mettre à l’abri e toute forme de spéculation.

    Seule la spéculation doit être sujette à l’impôt.

    etc.