["juilet laflam", "juin laflam", "jolin laflam", "julien lafleu"]

3 résultats trouvés. Recherchiez-vous plutôt juilet laflam ?

L’impact positif de la hausse du salaire minimum

Par ,

Dans une lettre d’opinion parue mardi, Norma Kozhaya, vice-présidente du Conseil du patronat du Québec (CPQ), écarte du revers de la main les conclusions de notre étude sur l’impact pour l’économie des régions d’une hausse du salaire minimum à 15 $ l’heure. Reprenant le mantra défaitiste patronal, elle affirme que « ce sont ceux qu’on tente d’aider qui seront les premières victimes, c’est-à-dire les personnes à faible revenu ».

Retombées économiques régionales d’un salaire minimum à 15 $ de l’heure

Par , ,

Le débat autour de la hausse du salaire minimum à 15 $ de l’heure fait couler beaucoup d’encre. Si l’économiste Pierre Fortin a avancé qu’une telle augmentation détruirait jusqu’à 100 000 emplois, plusieurs études récentes sont venues démentir ce scénario catastrophe. Chaque fois, l’attention des grands médias porte sur une évaluation

Manifestations, négociations collectives et conjoncture de l’industrie hôtelière : que croire des hôteliers?

Par

Durant les mois de mai et juin, les mobilisations étudiantes faisaient rage, le tintamarre de casseroles résonnait chaque soir, à Montréal, à Québec, à Sherbrooke et dans bien d’autres villes québécoises. Ces évènements réunissaient un nombre impressionnant de personnes, une foule composée non seulement d’étudiant-es, mais aussi d’autres « gens ordinaires » indignés de l’agissement général du gouvernement.

Puis soudainement, les représentants de l’industrie touristique ont occupé un espace médiatique important, indiquant leurs inquiétudes face à ce que pourraient avoir comme conséquence ces mobilisations sur leur industrie. On voyait intervenir régulièrement Gilbert Rozon, fondateur du Festival Juste pour rire, Charles Lapointe, p.d.g. de Tourisme Montréal (d’ailleurs tous deux proches de la ministre du Tourisme Nicole Ménard) et, bien sûr, les représentants de l’Association des hôteliers du Grand Montréal (AHGM) et de l’Association des hôteliers du Québec (AHQ). Tous disaient que l’industrie allait mal.

Aucun document trouvé