[]

7 résultats trouvés.

Le Fonds vert est mort, vive le Fonds d’électrification et des changements climatiques?

Par

Nous apprenions récemment que le gouvernement Legault décidait de convertir le Fonds vert en Fonds d’électrification et des changements climatiques (FECC). Du même souffle, il transfère la responsabilité de la société d’État Transition énergétique Québec (TEQ) au ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles. Avec cette annonce, le gouvernement veut se donner plus de moyens d’investissement en infrastructure, sans avoir à rendre trop de comptes au public.

Dépossession : relire l’histoire du Québec

Par

Aujourd’hui, le premier livre de l’IRIS sort en librairie. Toute l’équipe de l’Institut est surexcitée. Bien sûr, nous publions chaque année des dizaines de pages de recherche et de réflexions, mais cette fois-ci ce n’est pas la même chose : c’est un vrai livre, édité, relié et vendu en librairie. Pour des gens qui aiment les livres et qui passent leurs journées à en lire (et, trop souvent, à en acheter), en produire un revêt certainement d'une grande importance. Ça compte encore plus quand on travaille sur l’ouvrage pendant six ans comme nous l’avons fait pour Dépossession. Pourquoi se donner tout ce mal? Pourquoi mettre tout ce temps pour publier un livre alors qu’on pourrait simplement publier une étude ou une série de billets de blogue?

Vers l’infarctus écologique ?

Par

Une fois de plus, je vais vous ennuyer avec des statistiques environnementales. Voyez-vous, c’est que mardi le 19 août, nous avons collectivement atteint le jour du dépassement (aussi connue comme le Earth overshoot day). Cette journée établit le moment dans l’année où l’humanité a épuisé son crédit annuel de ressources naturelles renouvelables. Cela veut donc dire qu’en 2014, selon toute vraisemblance, il faut plus de 1,5 année à la Terre pour générer les ressources naturelles utilisées par les êtres humains en un an. Cet indicateur est fourni par le Global Footprint Network qui calcule l’empreinte écologique de la Terre. On peut voir une explication du concept ici.

Qu’est-ce que l’extractivisme?

Par ,

À l’IRIS, on parle de plus en plus d’extractivisme, bien que ce mot demeure pour le moment peu connu. Il proviendrait du Brésil et aurait d’abord été utilisé pour désigner l’exploitation des ressources ligneuses de la forêt amazonienne. Or, au Brésil comme ailleurs en Amérique latine, l’extractivisme désigne aujourd’hui un modèle de développement économique qu’il n’est pas inutile de bien saisir au moment d'étudier la trajectoire économique du Québec.

Aucun document trouvé