[]

4 résultats trouvés.

Des congés payants

Par

Voilà longtemps que j’ai écrit sur le blogue de l’IRIS. La raison est bien simple : je suis devenue la mère d’une adorable crevette déjà devenue langoustine. Et après plusieurs mois à changer des couches et échanger les plus beaux sourires, c’est au tour du papa de prendre le relais. À moi les claviers d’ordinateur et la recherche de données pertinentes, à lui les couches et les jeux d’eau. Si ce partage fait le bonheur des deux parents chez moi, fait-il également sens économiquement et socialement? Regardons cela de plus près.

Les congés parentaux : dix ans plus tard

Par

Dix années se sont écoulées depuis la création du Régime québécois d’assurance parentale (RQAP). Son implantation a été précédée par près de 20 ans de mobilisation populaire. Aujourd’hui, il est temps de revenir sur les résultats pour juger de la pertinence du programme. Dans trois documents publiés cette semaine (celui-ci, celui-ci et celui-ci), le RQAP a rendu publique une série de données qui permettent de faire un tel bilan.

 

La nouvelle grille tarifaire des omni est sexiste

Par

On apprenait récemment que la Dre Évelyne Bourdua-Roy avait subi une baisse de salaire de 15 % à cause de son congé de maternité. En effet, pendant ce congé, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) a signé une entente avec le ministère de la Santé et des Services sociaux afin d’adopter une nouvelle grille tarifaire. Cette grille prévoit une prime pour les médecins qui suivent plus de 500 patient·e·s, en réponse à la difficulté d’accès aux omnipraticien·ne·s que connaît actuellement la province, alors qu’environ le tiers de Québécois·e·s n’ont toujours pas de médecin de famille.

Bonne fête aux pères (présents)

Par

Hier c’était la fête des pères. Ceux et celles qui me connaissent bien (ou me lisent régulièrement) savent que je déteste l’expression « bon père de famille », surtout quand on parle de gouvernement. Je veux bien que cela réfère à une expression juridique, mais celle-ci est démodée et renforce une image de paternité limitée et réductrice. Contrairement à ce que certains sites web semblent prétendre, il n’y a pas qu’une seule manière d’être père, soit d’être un homme stéréotypé, conjoint d’une femme stéréotypée. Les familles sont plutôt de diverses formes, les pères tenant des rôles différents selon les cas.

Aucun document trouvé