[]

70 résultats trouvés.

Réseau scolaire: moins d'argent, plus de besoins

Par

Cette semaine, sur les réseaux sociaux, deux sujets ont monopolisé les fils d’actualité. D’une part, on ne peut y échapper, il y a les élections qui ont été déclenchées la semaine dernière. Le bilan du PLQ est-il à la hauteur d’un nouveau mandat? Et que pense-t-on des promesses des autres partis? D’autre part, la rentrée scolaire donne lieu à plusieurs photos de parents excités de voir leurs enfants retourner (ou commencer) à l’école, d’élèves qui auraient préférés poursuivre l’été plutôt que leurs études et de membres du personnel scolaire enthousiastes devant la nouvelle année. Enthousiastes, et épuisés.

Trois ans plus tard, l’économie grecque en un graphique

Par

Zoe Konstantopoulou, l’ancienne présidente du parlement grec et ancienne élue du parti politique Syriza souhaite aujourd’hui débarrasser la Grèce de son ancien chef et de son ancien parti. Elle déplore que le premier ministre actuel, Alexis Tsipras, ait littéralement trahi la population grecque qui lui demandait – par référendum – de s’opposer aux politiques d’austérité. À toutes fins pratiques, il a mis le pays en vente et le Parlement sous tutelle. Est-ce qu’au moins cette reddition totale aura valu le coup d’un point de vue de relance économique?

Soyons prudents : dépensons !

Par

Le Rapport mensuel des opérations financières publié vendredi dernier par le ministère des Finances du Québec a révélé que le gouvernement provincial terminait l’année 2017-2018 avec un confortable excédent budgétaire de 2,4 milliards de dollars. Avant le versement réglementaire au Fonds des générations, il s’élevait même à 4,66 milliards de dollars. Une partie de ce surplus sera redirigé vers la réserve de stabilisation, un coussin financier mis en place en 2009 pour aider le gouvernement en cas de choc économique.

La politique d'austérité budgétaire au Québec à la suite de la crise financière

Par

Nos services publics sont sérieusement malmenés ces dernières années en raison de la politique d’austérité. Selon les données budgétaires, ce sont 20 milliards d’efforts qui ont été exigés de la population du Québec sur une période de six ans, de 2010 à 2015. Cela représente 3,4 milliards par an en moyenne, dont 2,3 milliards par an en compressions de dépenses. Trois ministres des finances se sont succédé, Bachand, Marceau et Leitão, chacun avec son plan de retour à l’équilibre budgétaire, chacun avec son cortège de compressions de dépenses et de hausses de taxes. L’objet du présent texte est de revoir, à travers l’examen des budgets successifs, comment s’est déployé le grand schéma conçu en 2009-2010, et dégager les reliefs de cette période.

Aucun document trouvé