[]

5 résultats trouvés.

Le PQ prendra un pari risqué avec le RVER

Par ,

Le Budget Marceau vient de donner un nouveau souffle au Régime volontaire d’épargne-retraite (RVER), un véhicule d’épargne qui vise à procurer les avantages d’un régime collectif aux deux millions de salarié·e·s et travailleur·euse·s autonomes actuellement sans régime de retraite. En annonçant le dépôt d’un nouveau projet de loi sur les RVER pour le printemps 2013 – le projet libéral étant mort au feuilleton en août dernier – Québec se laisse une marge de manœuvre pour tenir compte des recommandations à venir du comité d’experts sur le système de retraite québécois présidé par Alban D’Amours.

Bien que des détails restent ainsi à préciser, le Budget 2013-2014 nous fournit déjà suffisamment d’indications concernant les RVER pour que nous commencions à évaluer leur portée pour notre système de retraite et leur efficacité en termes de protection sociale. Tels qu’ils ont été conçu jusqu’ici, il est loin d’être certain qu’ils atteindront leur objectif ambitieux. Nouveau branding des REER dont ils conservent les lacunes, cette refonte, voir affaiblissement des Régimes d’épargne simplifiés, fait reposer la sécurité financière à la retraite de leurs participant·e·s sur la bonne volonté du patronat, les aléas des marchés financiers et les pratiques de gestion d’actifs des institutions financières privées.

 

Pourrez-vous bien vivre à la retraite?

Par

À peine 27% des Québécois-es auront une retraite décente si le gouvernement n’agit pas pour améliorer le régime de retraite public.

C’est l’une des conclusions de l’évaluation de la situation des régimes de retraite au Québec et au Canada auxquelles mes collègues Mathieu St-Onge, Maxime Lefrançois et moi-même sommes arrivés dans l'étude publiée aujourd’hui qui prévient également le gouvernement que les régimes volontaires d’épargne-retraite (RVER) qu’il préconise en ce moment ne constituent pas une solution adéquate.

Voici une vidéo qui explique les principales conclusions de notre étude.

Rapport D’Amours : Pourquoi s’arrêter à mi-chemin ?

Par ,

Au début des années 80, la récession avait forcé le gouvernement fédéral à prendre acte du dysfonctionnement des pensions de retraite. Après avoir consulté les différents secteurs de la population, le gouvernement tranche entre les plusieurs propositions qui s’offrent à lui. Il choisit de consolider le versant privé des systèmes de retraite au Canada en mettant désormais l’accent sur l’encadrement des régimes complémentaires et le relèvement des plafonds de cotisations aux REER (l’épargne individuelle).

Aucun document trouvé