[]

3 résultats trouvés.

Est-ce que la PCU a corrompu une génération ?

Par

Mario Dumont m’a invité ce matin à son émission pour discuter de sa chronique de mercredi au sujet de la PCU. Dans ce texte, il critique le fait que plusieurs personnes – des jeunes notamment – aient épargné une partie de l’argent reçu d’Ottawa dans le contexte de la pandémie. Il en conclut que la PCU a fait « pleuvoir beaucoup trop d’argent ». Notre point de vue est tout autre : la PCU aura été bénéfique tant pour l’économie dans son ensemble que pour les ménages et elle nous enseigne certaines leçons pour l’avenir.

La PCU, un frein à l'emploi?

Par

S’il ne fallait s’en tenir qu’aux discours patronaux, la Prestation canadienne d’urgence (PCU) aurait un impact catastrophique sur l’emploi, causant une réelle pénurie de main-d’œuvre et freinant la relance. Ainsi, la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) a martelé tout au long de l’été que la PCU nuisait à l’emploi. Même son de cloche du côté du Bloc Québécois, du Conseil du patronat du Québec ou de Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale du Québec.

Un régime d’assurance-emploi digne du XXIe siècle ?

Par

Le 31 juillet, le premier ministre canadien Justin Trudeau annonçait que les prestataires de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) seraient désormais pris en charge par le régime fédéral d’assurance-emploi. Jeudi, les ministres Chrystia Freeland et Carla Qualtrough présentaient les détails de ce transfert, notamment les nouvelles prestations qui doivent poser les jalons d'une assurance-emploi « adaptée au XXIe siècle ». On comprend bien que les propositions du gouvernement libéral sont au centre d'un jeu politique avec l'opposition à la Chambre des communes, mais on peut d'ores et déjà se réjouir que le caractère désuet du régime d'assurance-emploi soit désormais consensuel. Les nouvelles modalitées envisagées pour le régime contiennent par ailleurs des avancées intéressantes.

Aucun document trouvé