["martin di caron", "martin di croc", "martin di cory", "morgan di croc", "marian di cory", "marian di cris", "marian di clsc", "martin di cris", "main di cris", "martin di choc", "martin di crtc", "margin di cro", "margin di croi", "margin di choc", "margin di crtc", "margin di croch"]

6 résultats trouvés. Recherchiez-vous plutôt martin di caron ?

Pour essayer d’en finir avec le rapport Demers

Par

Dans un texte précédent, j’ai présenté quelques points saillants du Rapport du chantier sur l’offre de formation collégiale (ou rapport Demers), afin d’illustrer en quoi les recommandations proposées s’inscrivaient directement dans une perspective de marchandisation de l’éducation. J’aimerais offrir ici un regard critique un peu plus développé sur quelques éléments abordés la dernière fois.

Diplômer pour diplômer ?

Une suggestion qui a fait beaucoup jaser, est celle d’octroyer un diplôme aux étudiant.e.s qui auraient complété tous leurs cours techniques, mais qui auraient échoué des cours de formation générale, ou encore l’épreuve uniforme de français. D’abord sympathique à cette idée, le ministre Bolduc s’est ravisé et a écarté la possibilité de créer un Certificat d’études collégiales techniques (CECT).

Yves Bolduc, le rapport Demers et la marchandisation de l’éducation

Par

Depuis le mois d’août, les nouvelles à propos de la réforme prochaine du système d’éducation et les annonces de compressions budgétaires se multiplient presqu’au même rythme que les déclarations consternantes du ministre Yves Bolduc. On se rappellera son fameux « Il n’y a pas un enfant qui va mourir de ça », le ça en question étant les coupures dans l’achat de livres pour les bibliothèques scolaires. On ignore encore le contenu définitif de ce projet de réforme allant du primaire à l’université, mais ce qu’on en sait par les médias tire dans tous les sens : abolition des commissions scolaires, révision du financement des cégeps et des universités, anglais intensif en 6e année pour tous, nouvelles technologies dans les classes, évaluations des enseignant.e.s, révision des programmes au cégep, et j’en passe.

Ce qui ressort toutefois assez clairement de ce lot disparate d’idées, ainsi que des propos d’Yves Bolduc, c’est un certain mépris de la culture allant de paire avec une vision marchande de l’éducation. Son accueil favorable du Rapport final du chantier sur l’offre de formation collégiale rendu public le 20 octobre dernier, et son intention de mettre en œuvre rapidement un certain nombre de ses recommandations, en attestent. Aux voix du ministre et de Guy Demers (auteur du rapport), s’ajoute celle de d’autres acteurs du milieu collégial (directions de cégeps ou président de la Fédération des cégeps) pour défendre la nécessité d’un arrimage encore plus grand entre la formation collégiale et le marché du travail.

Aucun document trouvé