[]

4 résultats trouvés.

Est-ce que le CHUM aussi pourrait brûler?

Par

Encore des raisons de frissonner devant les partenariats public-privé (PPP). Une fois de plus, c’est d’Angleterre que nous viennent les nouvelles qui minent plus avant la crédibilité de cette formule déjà terriblement amochée pour la construction d’infrastructures.

Harper et Cameron : deux irréductibles partisans de l’austérité

Par

Le mois dernier, les âmes-sœurs conservatrices Stephen Harper et le premier ministre britannique, David Cameron, sermonnaient les dirigeants de la zone euro à Davos, en Suisse, leur expliquant comment se ressaisir. Comme ils le font depuis la rencontre du G20 à Toronto, les deux prêchaient l’austérité fiscale pour résoudre misères économiques de l’Europe et du monde.

Les deux sont des partisans de l’«austérité expansionniste», une doctrine qui soutient que la réduction agressive du déficit à l’aide de coupures dans les dépenses, est un pré-requis essentiel pour restaurer la confiance des entreprises et des consommateurs, et par conséquence, la croissance et la création d’emplois.

Le gouvernement de Cameron a commencé sa campagne d’austérité —la plus draconienne depuis la Seconde Guerre mondiale— au milieu de l’année 2010. Selon le National Institute of Economic and Social Research, la performance économique britannique jusqu’à maintenant est en fait pire qu’elle ne l’était durant la Grande Dépression. D’antan, le rendement global avait, à la quatrième année de crise, regagné son sommet pré-1929. Cette fois, il demeure encore très loin. À la fin de l’année 2011, le PIB était encore 3,8% sous son niveau d’avant la crise. L’économie britannique s’est en fait contractée dans le dernier trimestre de 2011, et l’on prédit qu’elle replongera en récession en 2012. De plus, le fardeau de sa dette continue d’augmenter.

Grandeur et décadence du NHS

Par

Le Royaume-Uni a entrepris une réforme sans précédent de son système de santé, le National Health Service (NHS). Mis en place en 1948 au moment de la reconstruction du pays, le NHS aura été l’une des pièces-maîtresses du système social mis en place en Angleterre suite au Rapport Beveridge. Son auteur, l’économiste William Beveridge, aura en quelque sorte opérationnalisé la pensée de John Maynard Keynes à travers les services sociaux d’un État-Providence.

C’est par ailleurs de Beveridge lui-même, son professeur à la London School of Economics, que s’est inspiré Leonard Marsh au Canada pour l’écriture d’un « Rapport Marsh » qui fut, en 1943, la pierre d’assise de l’État social canadien.

Après soixante ans de service, le NHS sera complètement transformé en 2013.

Le combat des livres

Par

Le gouvernement tiendra bientôt une commission parlementaire sur la réglementation du prix du livre au Québec. Cette proposition vise à baliser pendant les neuf mois suivant sa parution la capacité des détaillants de réduire le prix d’un livre. Les tenants de cette option – chez qui on retrouve des éditeurs, des distributeurs, des libraires et des auteurs – soulignent qu’elle permettra d’assurer tant la diversité des publications au Québec que la survie des petites et même grandes librairies. L’Institut économique de Montréal (IEDM) a récemment publié une note économique pour s’opposer à cette politique et Alain Dubuc, chroniqueur économique à La Presse, a aussi émis de sérieux doutes à son endroit. Qui a raison dans cette joute? Analysons la question à partir de deux angles : le prix des livres et la survie des librairies.

Aucun document trouvé