[]

5 résultats trouvés.

Y a-t-il un avenir pour les Olympiques?

Par

Soyons clairs, j’aime les Olympiques. Sans être un mordu, il me semble que chaque édition nous offre son lot de performances époustouflantes et de grands exemples d’esprit sportif dans un contexte politique souvent complexe. Bien sûr, tout cela est présentement entaché par de nombreux scandales de dopage, tous sports confondus, ce qui montre bien qu’il y a quelque chose de pourri au royaume du Comité international olympique (CIO). 

 

L’« assistencialisme » brésilien et la désolidarisation

Par

« Aujourd’hui au Rio Grande do Sul, ça va mal en termes de campements. Que s’est-il passé? Le gouvernement a donné le Bolsa Familia aux gens qui étaient en ville et plus personne n’a voulu venir aux campements. On ne réussit plus à mobiliser. Les gens se contentent de cela. »

Ce constat est celui d’une sans-terre brésilienne que j’ai interviewée au début de l’année 2013 dans le sud du Brésil. Après des dizaines d’entrevues et de nombreuses visites dans des communautés sans-terre, force est de réaliser que ce constat est généralisable dans le mouvement. Fort de ses 29 ans d’existence, le Mouvement des travailleurs ruraux sans-terre (MST) au Brésil constitue l’emblème d’un mouvement social des plus influents et des mieux organisés sur les scènes nationale et internationale. Entre 1984 et 2010, à travers des luttes politiques acharnées, le MST et d’autres mouvements sans-terre ont réussi à exiger la redistribution de plusieurs milliers d’hectares de terre à environ 1 million de familles paysannes, et ce, dans un pays où 1% de la population détient 46% des terres.

Avec des centaines de coopératives de production agraire – qui constituent dans certains cas de véritables éco-villages prospères économiquement –, 1,9 millier d’associations de production sur tout le territoire brésilien et 1,5 millions de personnes sous leur bannière, dont environ 15 000 militants.es très actifs, le MST est devenu un modèle d’organisation et de mobilisation sociale. En effet, en terme d’efficacité de production agricole, de subsistance de ses membres et, surtout, de la capacité à édifier des formes d’organisations sociales basées sur la coopération et la solidarité comme principes moteurs de ses communautés, le MST constitue un mouvement politique unique en son genre.

Carton jaune pour la Coupe du monde

Par

Le niveau d’enthousiasme de toute amatrice ou amateur de soccer qui se respecte suit une trajectoire ascendante à l’approche de la Coupe du monde de la FIFA, qui se déroulera cette année du 12 juin au 13 juillet au Brésil. Cette fébrilité ne saurait toutefois nous faire oublier les travers de la planète foot ainsi que les paradoxes et les scandales que comporte invariablement ce type d’événement.

Rio+20 : Échec et mat pour la justice sociale et environnementale

Par

Si le premier Sommet de Rio en 1992 a été mémorable pour l’énoncé du principe du développement durable, Rio+20 sera largement oubliable à cause du manque de volonté des chefs d’État de s’entendre sur des mesures concrètes pour mettre ce principe en œuvre.  Avant même l’ouverture des discussions, les critiques de l’agenda de Rio+20 étaient si sévères que la société civile s’est organisée en parallèle un Sommet des peuples pour la justice sociale et environnementale.

Alors qu’à la conférence de l’ONU, l’économie verte était à l’ordre du jour comme moyen de développement durable, au Sommet des peuples on voyait dans l’économie verte un cheval de Troie accélérant la privatisation et perpétuant une économie basée sur l’extraction de combustibles fossiles et sur l’exploitation des personnes et de l’environnement.

Aucun document trouvé