[]

10 résultats trouvés.

Péril en la demeure

Par

La jeune militante écologiste Greta Thunberg est au centre d’une bataille idéologique entre les mouvements pro et anti-transition énergétique. Pendant que les chroniqueurs de droite en font une bouc émissaire qui serait manipulée par des adultes et dont les traits autistiques lui donneraient des airs de cyborgs (ça ne s’invente pas), la planète continue de suer à grosses gouttes. Le mois de juillet 2019 fut le mois le plus chaud de l’histoire moderne. 17 des 18 années les plus chaudes depuis la fin du 19e siècle ont eu lieu depuis l’an 2000. Le cercle arctique connaît les pires feux de forêt de son histoire. Bref, la maison est en feu et certains préfèrent critiquer celle qui tire la sonnette d’alarme plutôt que de tenter d’agir et d’identifier les pyromanes.

Environnement: la CAQ sera-t-elle à la hauteur?

Par

Des milliers de personnes ont marché ce samedi au Québec pour rappeler l’urgence de lutter contre les changements climatiques. Ces manifestations survenaient quelques jours après le lancement du Pacte pour la transition, signé à ce jour par près de 180 000 personnes qui se sont engagées à changer leurs habitudes pour réduire leur empreinte écologique. Elles demandent du même souffle au gouvernement d’agir pour mettre le cap sur une économie faible en carbone.

Sans voiture en région, point de salut ?

Par

À partir du 31 décembre 2018, la compagnie Autobus Breton menace de mettre fin à son service de transport interurbain en autocar qui relie Québec et Saint-Georges de Beauce, ainsi que les nombreuses municipalités qui s’alignent sur la route 173. L’entreprise bénéficie d’un monopole sur cette ligne de transport, mais le service est malgré tout déficitaire. Autobus Breton réclame donc une subvention aux trois municipalités régionales de comté (MRC) de la région, un prérequis pour l’obtention d’une aide financière substantielle du ministère des Transports.

Qu'est-ce qu'une empreinte écologique?

Par

L’empreinte écologique est un indicateur économique et environnemental qui estime l’impact de l’activité humaine sur la biosphère et il s’inscrit dans la dynamique instaurée dans le cadre du Club de Rome. Ce terme a été principalement développé par William Rees et  Mathis Wackernagel, respectivement professeur de planification urbaine de l’Université de Colombie-Britannique et docteur en planification communautaire et régionale, dans leur livre Our Ecological Footprint: Reducing Human Impact on the Earth. Grâce à cet indice, il est possible de voir les coûts écologiques de la croissance économique sur la planète.

Aucun document trouvé