["emploi"]

5 résultats trouvés. Recherchiez-vous plutôt emploi ?

Hausser les salaires pour attirer la main-d’œuvre

Par

Statistique Canada révélait la semaine dernière les plus récentes données de son Enquête sur les postes vacants et les salaires, qui portent sur le 1er trimestre de 2021. Sans (trop de) surprise, le nombre de postes vacants, c’est-à-dire le nombre de postes que les employeurs cherchent à pourvoir, était en hausse de 7,9% au Canada et de 14,4% au Québec par rapport au 1er trimestre de 2020. Quant au taux de postes vacants, il atteignait 3,6% en début d’année au Canada, une augmentation de 0,5 point de pourcentage depuis le 1er trimestre de 2020. Au Québec, ce taux s’établissait à 4,2% au 1er trimestre de 2021, une hausse de 0,8 point de pourcentage par rapport à l’an dernier.

Santé et sécurité du travail: les employeurs encouragés à déroger à leurs obligations?

Par

Nous assistons à une perturbation inégalée des systèmes de prévention en santé et sécurité du travail avec l’arrivée de la COVID-19, ce nouveau risque biologique grave pouvant circuler dans l’ensemble des milieux de travail. Nous constatons également que plusieurs États étaient mieux préparés que d’autres pour y faire face et que divers régimes fournissent une meilleure réponse dans l’élimination des risques du travail. À ce propos, et en tout respect pour ses fonctionnaires, le gouvernement du Québec ne mérite aucun éloge en matière d’intervention publique contre la pandémie dans le domaine de la santé et de la sécurité du travail. 

Et si on arrêtait de se bullshiter? (Deuxième partie)

Par

Les critiques entourant le monde du travail ne manquent pas à gauche du spectre politique. Précarité, horaires atypiques, stagnation des salaires, climat de stress constant, etc. Il existe pourtant tout un volet de critiques laissées de côté et qui méritent d’être soulevées, concernant la prolifération d’une foule d’emplois qui sont perçus comme étant complètement inutiles par ceux qui les occupent. David Graeber les appelle les bullshit jobs. Je leur ai déjà consacré un billet où je me suis concentré sur les impacts de ces emplois sur les individus qui les détiennent. Si nous reconnaissons l’étendue du problème et voulons l’adresser dans la sphère politique, il est toutefois important d’en saisir les causes pour mieux y faire face.

Et si on arrêtait de se bullshiter? (Première partie)

Par

Si vous occupez actuellement un emploi, êtes-vous de ceux qui, comme 37% des Britanniques et 40% des Néerlandais, ont l’impression que leur travail ne fait aucune différence significative dans le monde? Êtes-vous souvent payés à ne rien faire, ou à faire semblant de travailler, ou à remplir des formulaires qui ne seront jamais lus, ou à réparer les bêtises de cadres incompétents, ou à encadrer du personnel qui serait très bien capable de fonctionner sans vous? Si vous avez répondu oui à l’une de ces questions, peut-être avez-vous une « bullshit job », c’est-à-dire un emploi «tellement absurde, inutile ou pernicieux que l’employé qui l’occupe n’arrive pas lui-même à justifier son existence, quoique, pour garder son emploi, il se sente obligé de nier tout ça » (traduction libre).

Aucun document trouvé