[]

7 résultats trouvés.

Exportation de gaz naturel liquéfié en Nouvelle-Écosse: les projets se suivent et se ressemblent

Par

Alors que le projet GNL Québec à Saguenay est en attente d’une décision du gouvernement du Québec, un autre projet d’exportation de gaz naturel liquéfié a récemment fait la manchette. Le projet Goldboro prévoit l’agrandissement d’un gazoduc existant au Québec afin d’approvisionner en gaz naturel un terminal de liquéfaction qui doit être construit en Nouvelle-Écosse. Ce projet initié en 2013 est conçu sur le même modèle que celui entamé en 2014 à Saguenay, en ce qu’il repose entre autres sur le recours à des paradis fiscaux, à des fonds publics massifs, sur des coûts de production élevés, et sur une rhétorique de « blanchiment vert ».

L’environnement parmi les grands perdants du plan budgétaire 2021-2022

Par , ,

L'environnement est sans contredit un des grands perdants du budget 2021-2022, surtout si on le compare à celui de l’an dernier. La volonté affichée lors du précédent exercice d'assurer un leadership en environnement a vite été oubliée, l’environnement étant cette fois-ci réduit à une fonction de soutien à « la transition vers la nouvelle économie ». Les mesures environnementales, qui totalisent 58,1 M$ en 2021-2022, se perdent dans le volet économique du budget. Le terme « gaz à effet de serre » (GES) n'apparaît quant à lui que 5 fois dans le présent budget, alors qu’on y faisait mention plus de 20 fois dans le budget 2020-2021.

La transition juste est à notre portée : l’histoire le prouve

Par

La crise climatique et les appels en faveur d’une transition écologique suscitent des craintes quant aux conséquences qu’ils pourraient avoir sur les travailleurs et les travailleuses des secteurs visés. Certains affirment que les mesures prises pour réduire nos émissions de gaz à effets de serre (GES) et faire face aux changements climatiques, en faisant disparaître plusieurs emplois, auront un impact négatif sur certaines communautés et sur l’économie en général.

La « crise » du déficit n’a pas les conséquences de la crise environnementale

Par

Les récentes projections du déficit fédéral pour l’année 2020-2021, qu’on estime atteindre plus de 343 milliards, ont eu un effet de choc à travers les médias ainsi que la sphère politique canadienne. L’ampleur de la dette fédérale a vite été critiquée par plusieurs, surtout par l’opposition au gouvernement libéral, qui considère que le gouvernement devrait faire de cet enjeu sa priorité. Au vu des dernières données climatiques, il serait pourtant plus opportun de considérer l’environnement comme l’enjeu à prioriser pour le gouvernement dans les prochaines années.

Aucun document trouvé