[]

4 résultats trouvés.

Je me souviens du plein emploi

Par

En Amérique du Nord, la Fête du Travail (en septembre) est fériée, mais celle des Travailleuses et des Travailleurs (le 1ermai) ne l’est pas. Comme avec « Black Lives Matters » versus « All Lives Matters », nous nous retrouvons devant une bataille idéologique, où un camp cherche à combattre des injustices et l’autre cherche à faire comme si elles n’existaient pas. Mais cette année, alors que l’économie semble tourner à plein régime, profitons-en pour nous rappeler comment le « plein emploi » n’a pas toujours été accidentel comme aujourd’hui et qu’il a déjà constitué un objectif central.

À la lumière du budget du Québec : effets et risques d’une faible inflation

Par

Dans sa mise à jour économique et financière du 28 novembre, le ministre des Finances du Québec, Nicolas Marceau, a annoncé un déficit budgétaire de 2,5 milliards pour l’année en cours, qui se termine le 31 mars 2014, et un retour à l’équilibre en 2015-2016, soit deux ans plus tard que prévu. Se réclamant d’un bon contrôle de ses dépenses, il a déploré ne pas pouvoir respecter son engagement de réaliser l’équilibre dès cette année, en raison de revenus « qui ne sont pas au rendez-vous », parce que la croissance du PIB nominal (en dollars courants), dont dépendent les revenus budgétaires, sera inférieure à celle prévue en mars 2013 (2,1 % au lieu de 3,6 % pour l’année 2013).

Il est à noter que si cette réduction s’explique en partie par une croissance du PIB réel (sans l’inflation) légèrement plus faible que celle prévue en mars 2013 (0,9 % au lieu de 1,3 %), elle est surtout le résultat de la chute du taux d’inflation : 73 % de la réduction de la croissance du PIB nominal (1,1 point de pourcentage sur 1,5) est le résultat d’une inflation inférieure à celle qui avait été prévue.

Croissance de l’endettement : surconsommation ou stagnation des salaires ?

Par

Lorsqu’il est question d’expliquer l’explosion de l’endettement des ménages, nombreux sont ceux qui concluront à un problème de surconsommation et de manque de connaissances en matière financière. Ce consensus explique la quantité d’organismes, d’entreprises et d’institutions ayant mis sur pied des programmes pour améliorer la « littératie financière » des Canadiens. Si les familles canadiennes maîtrisaient davantage les rudiments de la planification budgétaire et de la gestion financière, le niveau d’endettement serait beaucoup moins élevé au pays, prétend-on.

S’il est indéniable que seul le crédit rend possible le fait de dépenser « au-dessus de ses moyens » ou au-delà du revenu disponible, cette analyse omet une dimension cruciale du problème : comment ont évolué les revenus et les dépenses des ménages pendant que croissait l’endettement ?

Les tarifs d'électricité suivent déjà l'inflation

Par

Dans le budget automnal du ministre Marceau, on trouve une mesure qui concerne les prix de l'électricité. Bien que le PQ avait annoncé en campagne électorale qu'il s'engageait à geler le prix du bloc patrimonial, il a plutôt été décidé de diminuer l'augmentation, choisissant l'indexation à partir de 2014 plutôt que l'augmentation "arbitraire" de 1¢ sur 4 ans. L'indexation est l'augmentation sociale acceptable à la mode ces temps-ci. Tant dans le cas de l'éducation, des garderies ou de l'électricité, le gouvernement justifie ces augmentations de coûts par une relative stabilité au prix constant à travers le temps. Il est par ailleurs intéressant de voir que, pour plusieurs, les ajustements de salaires qui permettent un "maintien" du pouvoir d'achat sont vus comme des "augmentations" de salaire.

Mais dans le cas de l'électricité, est-ce qu'on doit vraiment parler de "dégel" ? En effet, il suffit d'être un client d'Hydro-Québec pour savoir que les tarifs d'électricité augmentent année après année. La société d'État a d'ailleurs fait un graphique (ci-haut) illustrant l'inflation et le prix de l'électricité. Les deux courbes se suivent sensiblement depuis 1963. On voit bien qu'un écart se creuse légèrement au début du siècle, mais la différence demeure mineure. Alors pourquoi parle-t-on de "dégel" et d’“indexation” puisque les tarifs augmentent année après année en suivant plus ou moins le coût de la vie? C'est que les tarifs d'électricité intègrent plusieurs éléments dont l'un est le prix du "bloc patrimonial" qui, lui, est gelé depuis sa création en 2000. Indexer le bloc patrimonial aura donc pour effet d'augmenter les tarifs d'électricité, déjà indexés, plus vite que l'inflation.

Aucun document trouvé