[]

146 résultats trouvés.

Le scepticisme compulsif n’équivaut pas à de l’esprit critique

Par

Dans une lettre ouverte publiée le 3 septembre 2020, le professeur titulaire et directeur du département de français de l’Université d’Ottawa, Maxime Prévost, soulevait plusieurs interrogations quant aux mesures de restriction sanitaire appliquées un peu partout au pays. Sous couvert de questionnement raisonnable, les sous-entendus du directeur sont toutefois problématiques autant d’un point de vue logique que factuel.

Faire la grève pour protéger les services essentiels et mettre fin au régime « d’exception permanente »

Par

Au milieu des années 1960, après plusieurs vagues de grèves illégales menées par les travailleurs (et surtout les travailleuses) de la santé et de l’éducation, un gain majeur est arraché au gouvernement du Québec : le droit de grève dans le secteur public. Durant les décennies suivantes, ce gain sera progressivement érodé à coups de lois spéciales par les gouvernements successifs de toutes allégeances, qui invoquent la sauvegarde des services essentiels pour justifier ce régime « d’exception permanente ». Or, ces mêmes gouvernements multiplieront les coupes budgétaires et les réductions de services, avec pour résultat que, face à la pandémie de COVID-19, le système québécois de santé et de services sociaux s’est retrouvé incapable de répondre aux besoins de base et de protéger la vie des plus vulnérables dont il avait la charge. Et si la grève était en fait le meilleur moyen de préserver les services essentiels 

Chsld privés contre publics l’historique derrière les statistiques

Par

Dans sa chronique, Francis Vailles relance le débat sur la nationalisation des CHSLD. Il s’appuie sur un article publié la veille où l’on apprenait que les CHSLD privés sont fortement surreprésentés parmi les 10 CHSLD ayant le pire taux de mortalité dû à la COVID-19 : ils occupent la moitié de ce morbide palmarès alors qu’on ne compte qu’environ un tiers de CHSLD privés au Québec.

Dix transformations à venir dans le monde du travail

Par

L’économiste canadien Jim Stanford publiait la semaine dernière un rapport dans lequel il propose dix façons de transformer le travail suite aux ravages de la pandémie de COVID-19. Malgré l’incertitude entourant l’après-crise, Stanford montre que plusieurs avancées pourraient être réalisées. Et pourquoi pas ? L’exercice en tout cas est stimulant. Nous présentons dans ce billet les dix transformations nécessaires du travail énumérées par Stanford.

Aucun document trouvé