["paul", "part", "pali", "pani", "pasu", "pact", "père"]

169 résultats trouvés.

Des choix budgétaires déterminants à faire après l’élection fédérale

Par

Les dépenses réalisées dans la dernière année et demie pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus apparu à la fin de 2019 – soutien aux travailleurs et travailleuses mis à pied temporairement ou définitivement, aide financière aux secteurs économiques paralysés par l’application des mesures sanitaires, achat de matériel de protection et de vaccins, aide aux provinces dans la gestion de la pandémie, etc. – ont permis d’éviter que le Canada ne soit plongé dans une profonde récession. La pandémie de COVID-19 étant encore loin d’être contrôlée, le soutien gouvernemental des mois à venir sera déterminant.

Exploiter des jeunes faute de pouvoir embaucher des adultes?

Par

Un article paru sur le site de TVA Nouvelles en a fait sourciller plus d’un·e la semaine dernière. On y apprenait qu’une entreprise spécialisée en jeux d’évasion employait au moins trois adolescentes âgées de 12 à 16 ans. La journaliste expliquait que « [f]ace à la pénurie de main-d’œuvre actuelle, les jeunes représentent une opportunité intéressante pour les employeurs, ils sont énergiques et très appliqués à la tâche. » D’autres récits similaires évoqués récemment par différents médias laissent entendre que cette situation n’est pas aussi exceptionnelle qu’on pourrait le croire.

Rapport du GIEC : comment expliquer l’inaction de nos dirigeant·e·s face à la crise climatique?

Par

Le Groupe d’expert·e·s intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) publie cette semaine un rapport plus dévastateur que jamais qui nous prévient que les pires catastrophes sont à nos portes si nous n’agissons pas de toute urgence pour réduire radicalement nos émissions de gaz à effet de serre (GES). Mais alors que la maison brûle, nos dirigeant·e·s continuent de jouer les pompiers pyromanes et d’alimenter le feu qu’ils et elles devraient combattre. Comment expliquer cette incapacité des décideurs à entreprendre le virage qui s’impose?

Piña colada sur plage brûlante

Par

Tout comme les hivers de nos enfances, nos étés ne sont plus ce qu’ils étaient. On se rappelle avec nostalgie tant les tempêtes de neige à répétition et le tapis blanc persistant jusqu’au printemps que les étés où les canicules étaient rares et où il fallait porter un coton ouaté le soir sur le balcon. Si on se réjouit de laisser le manteau à la maison en mars, au Québec, cette nouvelle donne demeure le symbole d’un climat qui change, et pas pour le mieux. Le dôme de chaleur caniculaire de la côte ouest nous l’a bien montré. 

Aucun document trouvé