[]

5 résultats trouvés.

Réquisitionner les GMF pour faire face à la COVID

Par

Depuis plusieurs semaines, on nous répète que les hôpitaux du Québec sont sur le point d’être débordés par les cas de COVID-19 qui se multiplient. On apprend aujourd’hui que le scénario du pire semble se dessiner dans les hôpitaux montréalais qui, à la veille du congé des Fêtes, sont déjà surchargés par les patient·e·s atteint·e·s de la COVID. La plupart d’entre eux sont aux prises avec des éclosions, et c’est la crainte de rupture de services dans le réseau hospitalier qui explique en bonne partie les sacrifices importants demandés à la population pour la période des Fêtes. Cette attention portée sur les hôpitaux laisse toutefois en suspens une question importante : que font les GMF pour protéger le réseau face au virus?

Une grande innovation, les GMF ?

Par

Dans un roman intitulé La Citadelle, l’écrivain britannique A.J. Cronin raconte le parcours sinueux d’un jeune médecin qui, après avoir expérimenté plusieurs façons de pratiquer la médecine, finit par se tourner vers une pratique de groupe. Pour l’auteur et son personnage principal, il s’agissait définitivement de « LA » voie d’avenir pour la médecine. Force est d’admettre qu’en comparaison avec la pratique médicale individuelle en cabinet privé, la pratique de groupe – comme aujourd’hui les GMF – est un progrès. Ou plutôt, c’était un véritable progrès l’année où le roman de Cronin a été publié… en 1937.

Révolution sociosanitaire : tout le pouvoir aux CLSC

Par

L’IRIS publiait mercredi dernier une étude proposant une révolution complète du le système de santé et de services sociaux du Québec. Les médias ont surtout retenu la proposition visant à faire des médecins des salarié·e·s, mais il ne s’agit que d’une des idées dans l’ensemble de celles que nous avons formulées pour transformer radicalement un système qui déçoit beaucoup trop de Québécois·e·s.

 

Échec des CLSC ou abandon du ministère de la Santé et des Services sociaux?

Par

Dans une entrevue accordée sur les ondes de Radio-Canada, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, justifiait le transfert d’activités et de ressources importantes des CLSC vers les Groupes de médecine de famille (GMF) en évoquant « l’échec » du « concept initial du CLSC ». Les propos du ministre semblent suggérer que les CLSC sont les principaux responsables de cet « échec », qu’ils n’ont en quelque sorte pas su livrer la marchandise, d’où la nécessité de recentrer la première ligne sur les GMF.

Aucun document trouvé