Projet Montréal, des radicaux ?

Par

À la suite de l’élection de Valérie Plante, nous avons assisté à une incompréhension généralisée des chroniqueurs et chroniqueuses des médias francophones, au point qu’on a l'impression que les médias sont en deuil. Devant cette situation il y a eu plusieurs réflexes : certains ont demandé à ce que la nouvelle mairesse rassure les milieux d’affaires, d’autres ont critiqué l’inexpérience de Projet Montréal pourtant en place depuis 15 ans. C’est à croire que les représentant·e·s des médias ne pouvaient pas imaginer la possibilité qu’outre une mauvaise campagne de Denis Coderre,  les montréalais·es soient allé·e·s voter avec enthousiasme pour un projet qui s'éloignait de la gestion opaque et néolibérale. Bref, les éditorialistes s’inquiètent... mais de quoi au juste 

Bill, le dramaturge

Par ,

Hier, le ministre des finances du Canada Bill Morneau présentait la mise à jour économique d’automne. Attaqué de toutes parts depuis plusieurs semaines tant sur sa réforme de la fiscalité que sur des questions d’éthique, le ministre Morneau ne bronche jamais. Il garde le cap sur le procédé élaboré lors de la dernière campagne qui met en scène des (petits) déficits et des (petits) cadeaux. Mais face aux petites tempêtes parlementaires, l’économie réelle reste largement intouchée et la pièce montée par Morneau devient de plus en plus lassante

Le Fonds vert : un vide sidéral

Par

En début de semaine, nous apprenions que les résultats du Fonds vert étaient cette année une fois de plus décevants. En effet, les 1,23 G$ investis jusqu’à présent n’ont généré qu’une réduction de 613 000 tonnes de gaz à effet de serre (GES), soit environ 0,7 % (p.13) des émissions totales du Québec. Malheureusement, la réponse à cette autre mauvaise année du Fonds vert reste peu convaincante et semble répéter les erreurs des dernières années. 

La fin des gros barrages québécois?

Par

Depuis quelques jours, la CAQ tente de faire scandale autour d’une déclaration du premier ministre sur les barrages hydro-électriques. En effet, à New York, lundi dernier, Philippe Couillard aurait déclaré à une table ronde que l’ère de la construction des grands barrages hydroélectriques était terminée et que la gestion énergétique passait par : « des réseaux électriques intelligents, davantage d’énergies renouvelables et davantage de stockage ». La CAQ voit dans cette déclaration un manque d’ambition de la part du premier ministre qui renierait l’expertise québécoise en hydroélectricité. Qu’en est-il vraiment?

 

Rendre l’achat québécois obligatoire ?

Par

Un reportage du Journal de Montréal révélait toute l’ampleur des problèmes liés à l’usine d’assemblage de Bombardier à La Pocatière. Cette usine où ont été construits depuis 1974 plus de 6000 wagons de train et de métro risque de fermer ses portes d’ici 2020 si Bombardier met à exécution son plan de transformation. Pour que Bombardier maintienne l’usine, il faudrait que celle-ci augmente significativement son carnet de commandes. Alors qu’un habitant sur dix de la région travaille à l’usine, il est clair que la réussite de Bombardier est préoccupante pour le Bas-St-Laurent.

 

Aucun billet trouvé