Y a-t-il un avenir pour les Olympiques?

Par

Soyons clairs, j’aime les Olympiques. Sans être un mordu, il me semble que chaque édition nous offre son lot de performances époustouflantes et de grands exemples d’esprit sportif dans un contexte politique souvent complexe. Bien sûr, tout cela est présentement entaché par de nombreux scandales de dopage, tous sports confondus, ce qui montre bien qu’il y a quelque chose de pourri au royaume du Comité international olympique (CIO). 

 

Pour se sauver de la gentrification, la griffintownisation

Par

Ainsi donc, pour l’Institut économique de Montréal (IEDM), on devrait applaudir le processus de gentrification qui affecte de nombreux quartiers montréalais. Dans un document de 850 mots qu’il publiait ce matin, l’Institut concède à demi-mot que ce phénomène peut avoir un effet sur l’accessibilité au logement... mais que ce n’est pas pour autant un problème, puisque dérèglementer le zonage permettrait de tout régler facilement. Ce qui manque à Hochelaga-Maisonneuve, le Plateau Mont-Royal ou Verdun, ce sont des tours de trente étages. Voilà, c’est réglé, on passe à un autre appel.

 

Voter Clinton, voter Trump... ou se radicaliser ?

Par

La semaine prochaine des dizaines de milliers de personnes participeront au Forum social mondial (FSM) à Montréal, le premier à se tenir dans un pays du Nord. Le FSM a été fondé dans le sud du Brésil pour donner la réplique au Forum économique de Davos qui se tient chaque année en Suisse. Si les élites d’affaires se rassemblent chaque année pour décider de l’avenir du monde, pourquoi les mouvements sociaux n’en feraient pas autant? Les bonzes du capitalisme d’un côté et les irréductibles de la démocratie de l’autre.

 

Pokémon stop

Par

Le trafic s’atténue, les horaires des bibliothèques sont réduits, les répondeurs répètent des messages d’absence, des touristes errent sans but là où des piétons marchent d’habitude d’un pas pressé, les journées semblent ralentir... il n’y a pas de doute : c’est le temps des vacances. C’est vrai du moins pour environ le quart de la main-d’œuvre active québécoise qui profite ces jours-ci des vacances de la construction, selon une estimation de la Commission de la construction du Québec.

 

Aucun billet trouvé