Brexit : Plus pour les banques, moins pour les citoyens

Par

Depuis que le Brexit l’a emporté au Royaume-Uni, les marchés financiers ont été particulièrement inquiétants pour le gouvernement anglais. La livre sterling a chuté de 9 %  par rapport à l’Euro. La valeur des actions des banques anglaises a connu une baisse de 20 %. Pire, les investissements en propriété commerciale ont connu une baisse de 50 % dans les 3 premiers mois de 2016 (soit avant le référendum). Considérant que depuis 2009 ces investissements représentaient 45 % de la valeur des transactions britanniques vendues, on peut comprendre la Banque d’Angleterre de s’inquiéter. De plus, les compagnies Standard life et Aviva Investor ont annoncé le gel de leurs fonds immobiliers pour éviter l’afflux de demandes de retrait. 

 

La chasse aux déficits ne se justifie pas

Par

Le 22 juin 2016, le quotidien Le Devoir publiait un article intitulé « La chasse aux déficits se justifie » qui décrivait les résultats d’une étude rédigée par Ha Dao, Matthieu Arseneau et Luc Godbout, tous trois chercheurs affiliés à la Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques (CFFP) de l’Université de Sherbrooke.

Les monnaies locales : outils de transformation de la société?

Par

La succession des crises financières, la hausse des inégalités ou encore le scandale des Panama Papers, tous des problèmes qui impliquent les banques commerciales, produisent un sentiment d’exaspération chez des populations. C’est l’occasion de remettre en question les monnaies bancaires qu’on prend pour acquis. Qui a accès à la monnaie? À quelles conditions? À quoi doit servir la monnaie?

Bilan de mi-mandat, deuxième partie : les remarquables oubliés

Par

Dans un premier billet, je me suis penché sur les indicateurs classiques que prend le gouvernement pour évaluer ses politiques : la croissance, l’emploi, les investissements et les importations. Nous avons vu que, selon ces données, les deux premières années du gouvernement de Philippe Couillard étaient somme toute médiocres : sans drame, mais sans éclat non plus.

Aucun billet trouvé