Éviter la crise après la crise: chantiers pour reconstruire l’économie

Par

Depuis qu’un virus a bouleversé la vie de pratiquement l’ensemble de la planète, le retour à la normale se fait désespérément attendre. Mais depuis le début de cette crise, plusieurs ont aussi mis en évidence les nombreuses raisons pour lesquelles ce retour à la normale n’était pas une avenue souhaitable. C’est en partant de ce constat que la situation actuelle peut être vue comme une occasion de rebâtir les fondations érodées de notre société. Une opportunité de lancer une série de chantiers dont l’objectif est de remettre l’économie au service du bien-être individuel et collectif.

Vers un taux de chômage de 32% en avril?

Par

Le Québec sera donc « en pause » dans les prochaines semaines, pour reprendre l’expression utilisée par le premier ministre lors de l’annonce de la fermeture de « tous les services et toutes les activités économiques non essentiels » à compter du 24 mars et au moins jusqu’au 13 avril. La mesure était nécessaire afin d’accentuer la lutte contre l’épidémie de COVID-19 et freiner autant que possible sa progression.

L'environnement peut attendre

Par ,

C’est finalement à 4,5 milliards que se sont élevés les surplus de l’exercice 2019-2020, portant à plus de 25 milliards les surplus engrangés durant les cinq dernières années. Le gouvernement Legault a ainsi accompli un véritable tour de force, celui de nous convaincre qu’il est normal de dégager des surplus d’en moyenne 5 milliards de dollars par an. Ces surplus colossaux constituent sans doute, avec la reconnaissance tardive de l’importance de s’attaquer aux enjeux climatiques, les traits marquants de ce budget.

Témoins de connexion, « cookies » et autres mouchards du web: ce que vous devez savoir

Par ,

Comme vous l’aurez remarqué en arrivant sur ce site, l’IRIS a commencé à utiliser des témoins de connexion afin de mieux comprendre le comportement de ceux et celles qui consultent son site web. Cette pratique maintenant fort répandue soulève néanmoins des inquiétudes légitimes, d’autant qu’au Québec, contrairement à l’Europe par exemple, les propriétaires de site web ne sont pas tenus d’informer les internautes lorsqu’ils ont recours à cet outil. Par souci de transparence, nous avons jugé utile de vous renseigner davantage sur ces fameux « cookies » et, pour ce faire, nous avons demandé à Nellie Brière, consultante stratège en communications numériques et médias sociaux, de nous expliquer l’abc de ces puissants espions numériques.

Aucun billet trouvé