La dette : une raison pour se faire mal?

Par ,

Dans un récent rapport et dans les entrevues qui l’ont suivi, l’économiste Robert Gagné défend avec véhémence qu’il faut rapidement rembourser la dette. Trop endetté, le Québec sacrifierait de plus en plus de ses ressources dans le paiement d’intérêts sur sa dette et mettrait en danger son développement économique et les services aux citoyen.ne.s.

Nous arrivions sensiblement aux mêmes données que M.Gagné dans une étude publiée cet automne. Toutefois, les conclusions qu’il en tire nous semblent étonnantes. Il est vrai que le Québec est plus endetté que les autres provinces canadiennes. Cependant, lorsqu’il compare le Québec aux pays membres de l’OCDE, M. Gagné oublie de tenir compte de certains éléments. Par exemple, nous avons montré dans notre publication que l’avantage que le Québec possède sur la grande majorité des pays de l’OCDE, c’est l’importance de ses actifs financiers. Si on les prend en compte, le Québec a des engagements nets de l’ordre de 16,8% du PIB (35,1% si on lui attribue une part de la dette fédérale), alors que la moyenne de l’OCDE est de 69%. Ceci place le Québec dans une situation plus favorable que son principal partenaire économique, les États-Unis, mais aussi que la France, l’Allemagne, les Pays-Bas et la majeure partie des pays de l’Europe occidentale.

Pour Robert Gagné, tout cela n’a pas d’importance. La seule chose dont il faut tenir compte est que nous payons des intérêts sur notre dette publique. Nous devons environ 10G$ en intérêts par année. À croire M. Gagné, le cataclysme s’en vient, et, si on ne le voit pas, on vit sur une autre planète. Pourtant, son propre rapport nous montre que le cataclysme recule plutôt que d’avancer : si le service de la dette représentait 16% du budget en 1997-98, il constitue aujourd’hui 10%.

Robert Gagné s’abstient de poser une question fondamentale : à qui verse-t-on ces intérêts qui le préoccupent tant? On évalue généralement que la dette est détenue au minimum à 85% par des Québécois.e.s et des Canadien.ne.s. Le gouvernement du Québec en contrôle d’ailleurs près de 30% par l’entremise des retraites de ses employé.e.s et par la Caisse de dépôt et de placement. L’intérêt versé par le gouvernement revient donc en bonne partie à la population du Québec. Il est cependant nécessaire de se rappeler que cette distribution est inégale : les plus riches de notre société ont davantage accès à l’épargne que les autres. Néanmoins, cet argent ne quitte pas le Québec, mais participe, entre autre, à financer des retraites.

Enfin, Robert Gagné reconduit l’idée très répandue que la dette du Québec est générée par une mauvaise gestion des dépenses gouvernementales. Nous aurions une dette majoritairement produite par une série de budgets déficitaires. Pourtant, il arrive à la même conclusion que nous : le deux tiers de la dette du Québec a été généré par des investissements en infrastructures. Avons-nous donc trop fait de déficits? Peut-être au goût de Robert Gagné, mais il est honnête de dire que 65% de notre dette a été contracté par l’achat d’actifs : hôpitaux, routes, écoles, etc.

La catastrophe est-elle à nos portes? On peut sérieusement en douter. Faut-il réduire la dette en procédant à des compressions importantes dans les services publics? Rien n’est moins sûr. Il est même très possible que les politiques budgétaires actuellement mises de l’avant mènent à une augmentation de la dette. En effet, le gouvernement du Québec semble vouloir à la fois imposer l’austérité et financer largement le secteur de la construction par d’importants investissements publics en infrastructures. Cette stratégie a d’ailleurs participé à favoriser la morosité économique que nous venons de traverser tout en faisant augmenter la dette.

Alors que le Québec a maintenu sa dette sous un relatif contrôle au cours des 15 dernières années et que les taux d’intérêts sont à leur plus bas depuis des années, il faudrait sabrer dans les services publics et augmenter taxes et tarifs pour rembourser la dette? C’est la guerre que mène le gouvernement depuis plusieurs années maintenant et M. Gagné devrait constater les dommages importants qu’elle a causés au lieu d’inviter à poursuivre les hostilités.  

Commentaire sur l'article