Retour à la normale

Par

L'IRIS accueille l'artiste Clément de Gaulejac, qui nous offre son point de vue sur l'actualité alors que le Québec traverse comme l'ensemble de la planète une crise sanitaire et économique sans précédent. Cette première série d'illustrations fait écho à un billet de Guillaume Hébert que nous avons publié le 17 mars dernier.

Les lois du travail s’appliquent même (et surtout) en temps de crise

Par

La crise sanitaire actuelle nous force à examiner les conditions de travail sous un angle nouveau, puis à repenser nos choix en matière de politiques sociales. Alors que l’on commence à mieux saisir les risques majeurs auxquels sont confrontés les travailleuses et les travailleurs du domaine de la santé, on accorde aussi dorénavant une plus grande importance au travail réalisé par une multitude de personnes œuvrant dans le secteur des services ou dans des conditions précaires. C’est dans ce contexte que l’Organisation internationale du Travail (OIT) vient tout juste de publier un rapport sur lequel nous devrions nous appuyer pour adapter nos politiques publiques à un contexte de pandémie et de transition juste.

Après la crise : New Deal vert et emplois garantis

Par

Le monde dans lequel nous vivions il y a trois semaines n’existe plus. Avant cette pandémie, une certaine légèreté prévalait toujours malgré l’urgence climatique et les inégalités croissantes. Le déni subsistait face aux problèmes structurels graves de notre modèle économique. Désormais, vis-à-vis de l’urgence sanitaire et économique mondiale provoquée par la COVID-19, la légèreté n’est plus possible.

Quel retour à la normale souhaitons-nous?

Par ,

Dans un billet publié sur le blogue de l’IRIS, Guillaume Hébert affirme que la crise de la COVID-19 marque un point de non-retour à l’échelle internationale, qui risque de changer définitivement « notre rapport à la communauté, aux services publics, aux gouvernements, aux chaînes d’approvisionnement, aux frontières et aux relations entre les nations ».

COVID-19 : les idées fixes du nationalisme conservateur

Par

Ces derniers jours, beaucoup d’encre a coulé afin de décrier la lenteur de la réaction du gouvernement fédéral en cette période de crise sanitaire. Avec une certaine satisfaction, bon nombre de commentateurs ont fait remarquer à quel point les gestes posés par le gouvernement Legault étaient plus en phase avec la gravité du moment. Avouons-le, nous sommes tous un peu dépassés ici. Peu d’entre nous sont épidémiologistes : dans les faits, nous n’avons pas la moindre idée de comment lutter efficacement contre une pandémie. Casser du sucre sur le dos du gouvernement Trudeau semble relever bien davantage d’une récupération mal avisée de nos éternelles récriminations contre le fédéral que d’une appréciation raisonnée du moment. 

Aucun billet trouvé