L'éducation, pour quoi faire?

Par Simon Tremblay-Pepin

L'IRIS termine aujourd'hui sa série de capsules vidéo sur la hausse des frais de scolarité.
Dans cette dernière capsule, nos deux chercheurs, Eric Martin et Simon Tremblay-Pepin se penchent sur le rôle que nous souhaitons donner à l'éducation universitaire.

En effet, le débat actuel sur les frais de scolarité ne peut pas être compris comme un simple débat de chiffres. Au-delà de la hausse des frais, il faut distinguer que deux visons de l'université s'affrontent. D'un côté, on propose une université commerciale et compétitive qui a pour objectif de stimuler l'économie québécoise et de guider les étudiant-es vers le marché du travail. De l'autre on voit l'université comme un service public dont le rôle central est la transmission du patrimoine scientifique et culturel de l'humanité et l'approfondissement de la connaissance. Si on accepte que l'université a un rôle commercial qui vise à mettre ses étudiant-es de l'avant dans la société et de leur offrir des gros salaires, on ne peut qu'adhérer à la hausse des frais. À l'opposé, l'université comme service public exige l'accessibilité la plus grande et la plus généralisée, seulement atteignable par la gratuité scolaire.
Sujets : hausse des frais de scolarité université nouvelles de l'IRIS vidéo gratuité scolaire