La contribution de la fonction publique à l’économie canadienne

Par ,

De nombreux préjugés persistent à l’égard des employé·e·s de l’État au Canada. L’une de ces idées reçues consiste à voir les salaires de ces employé·e·s comme autant de dépenses improductives qui nuisent à la croissance économique. Cette idée repose sur une conception de l’économie où seul le secteur privé serait créateur de richesse, qui serait alors prélevée par l’État pour financer ses activités. Le travail effectué dans les hôpitaux, les écoles, les universités, les parcs nationaux ou les ministères ne produirait donc aucune valeur économique, n’influencerait en rien la croissance du PIB, alors que le même travail effectué au sein d’organisations privées créerait de la richesse. Celle-ci serait donc fonction non pas du travail effectué ou de son utilité, mais du régime de propriété dont il relève.

Click here to read the study in English.

Exporter la citation sur Endnote Bibtex