Trop beau pour les clients d'Hydro

Par ,

Les publicités sont partout : à la télé, sur le web et même sur les BIXI. Hilo, c’est la toute nouvelle filiale d’Hydro-Québec. Elle se présente comme « un service clés en main qui, en plus de vous aider à réduire votre consommation d’énergie, vous remet de l’argent. C’est presque trop beau ! ». En effet. Alors, comment est-ce qu’Hilo peut être rentable ? D’où proviennent ses revenus ? Et si c’est rentable, pourquoi une filiale ?

LES AGRÉGATEURS D’ÉNERGIE ÉLECTRIQUE

Dans les faits, Hilo est un agrégateur d’énergie comme il en existe dans plusieurs autres pays. En échange d’un certain montant, les agrégateurs d’énergie installent chez les propriétaires de bâtiments une panoplie de produits leur permettant de contrôler à distance la consommation d’électricité lors des périodes de grande demande, soit lorsque la valeur de l’électricité est la plus élevée. En échange, les agrégateurs d’énergie offrent des récompenses à ceux qui acceptent de diminuer leur consommation sur demande.

L’AGRÉGATION DES CHARGES ÉLECTRIQUES, COMBIEN ÇA VAUT ?

Bien qu’ils achètent des produits, souvent au rabais, auprès des agrégateurs, les propriétaires de bâtiments ne représentent pas la réelle clientèle des agrégateurs. Ils sont plutôt leur produit.

Les agrégateurs additionnent donc les économies d’énergie ponctuelles de l’ensemble des propriétaires et les revendent à profit aux producteurs, transporteurs et distributeurs d’énergie comme Hydro-Québec.

Une fois additionnées, ces économies d’énergie ponctuelles peuvent valoir leur pesant d’or. À partir de 2025, la valeur d’un kilowatt au Québec passera d’ailleurs de 20 $ à 115 $. Donc, l’arrêt de plinthes et du chauffe-eau de manière automatisée par l’entremise d’Hilo vaudrait pour Hydro-Québec plusieurs centaines de dollars par année par abonné résidentiel.

Mais ce n’est pas tout. Les agrégateurs peuvent revendre plusieurs fois le même produit. En effet, l’agrégation des charges peut être vendue aux distributeurs d’énergie en tant que moyen de gestion de la demande en puissance, mais aussi aux transporteurs d’énergie et aux producteurs d’énergie en tant que réserve tournante ou permanente. À terme, l’agrégation des charges pourrait constituer une centrale électrique virtuelle plus grande que le complexe La Romaine. Il s’agit donc d’un beau projet.

ALORS, POURQUOI UNE FILIALE ?

Les approvisionnements en électricité et les activités de distribution d’Hydro-Québec au Québec sont réglementés par la Loi sur la Régie de l’énergie et par la Loi sur Hydro-Québec. Les profits des activités réglementées de l’entreprise sont limités par un taux de rendement fixé par la Régie de l’énergie. Les profits des activités non réglementées n’ont pas de limite. Hydro-Québec remet annuellement 75 % de ses profits au gouvernement, son unique actionnaire, sous forme de dividendes.

En confiant l’agrégation des charges sans appel d’offres, par contrat de gré à gré à une filiale, Hydro-Québec a trouvé un moyen non seulement d’échapper à la vigilance de la Régie de l’énergie, elle pourra de plus maximiser ses profits et les dividendes qu’elle verse annuellement au gouvernement.

Alors que les tarifs d’électricité sont gelés jusqu’en 2025, Hilo permet au gouvernement d’encaisser une part supplémentaire des profits.

Or, si Hilo était une entreprise réglementée, comme c’est le cas avec Hydro-Québec Distribution qui vous fournit l’électricité, les profits ne seraient pas automatiquement transmis au gouvernement, mais auraient plutôt un effet à la baisse sur les tarifs électriques payés par la clientèle.

À notre avis, en procédant de la sorte, Hydro-Québec contrevient à la Loi sur la Régie de l’énergie qui exige que les approvisionnements en électricité fassent l’objet d’appel d’offres, ainsi qu’à la Loi sur Hydro-Québec qui ne permet la création de telles filiales qu’à des fins de ventes à l’extérieur du Québec. Cette situation est d’autant plus problématique que, par le passé, c’est l’ensemble de la clientèle d’Hydro-Québec qui a supporté le coût des compteurs communicants rendant possible l’agrégation de l’énergie.

DÉMOCRATISER L’EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

L’agrégation des charges est un projet ambitieux et stimulant, mais rien n’oblige à tenir cette proposition à l’écart d’une régulation qui bénéficie à l’ensemble de la clientèle. Au contraire, la régulation par la Régie de l’énergie pourrait permettre la démocratisation de l’accès aux mesures d’efficacité énergétique à travers le Québec.

Alors qu’Hilo déploie des efforts titanesques de publicité pour se mettre en place, il est nécessaire d’établir des bases réglementaires claires pour favoriser la mise en œuvre d’un chantier d’économie d’énergie. Pour le moment, c’est davantage Hydro-Québec et le gouvernement qui profiteront du nouveau programme. Bref, pour le moment, Hilo, c’est un peu trop beau, mais pas pour la clientèle.

Ce billet est d'abord paru sous forme de lettre dans l'édition du 28 novembre 2020 de La Presse+.

Commentaire sur l'article

Robert Sweeny

Un kWh au Québec se vend entre .065 $ et .0908 $ actuellement, alors je ne comprends pas ce constat:

"À partir de 2025, la valeur d’un kilowatt au Québec passera d’ailleurs de 20 $ à 115 $."