Icône

Aidez-nous à poursuivre notre travail de recherche indépendant

Devenez membre

Et le déficit s’élèvera à…

5 octobre 2021

Lecture

3min


La semaine dernière, le ministre des Finances a annoncé qu’il révisera à la baisse ses prévisions pour le déficit budgétaire de l’État québécois. Dans ce qui sera un mini-budget de novembre, Québec entend donc mettre à jour son portrait des finances publiques qui, en raison de la bonne reprise économique, s’améliore de jour en jour. Il était grand temps qu’Éric Girard se rende à l’évidence! 

Déjà, en mars dernier, il semblait évident que les conséquences de la pandémie sur les finances publiques allaient être bien moins catastrophiques que prévu. Bien que nous soyons toujours en attente des résultats finaux pour l’année financière 2020-2021, il est acquis que l’hypothèse gouvernementale ne se concrétisera pas. Le déficit appréhendé de 12 milliards de dollars est bien trop élevé, tout comme le pronostic d’un solde budgétaire négatif de 15 milliards de dollars. 

Pour les 11 premiers mois de l’année 2020-2021, les résultats pointent davantage vers un déficit de 2,3 milliards et un solde budgétaire de -5,2 milliards. En utilisant les résultats du 12e mois de l’année (mars) de 2011-2012 à 2019-2020, nous pouvons projeter un déficit de 3,5 milliards et un solde de -6,5 milliards. L’hypothèse gouvernementale surévalue ainsi le déficit par 3,4 fois et le solde par 2,3 fois. Reste alors à voir quels résultats le ministre Girard annoncera en novembre. 

État de la situation 2021-2022

Pour l’année actuelle, nous sommes face à une situation similaire. Les résultats financiers des trois premiers mois de l’année indiquent un surplus de 443 millions et un solde budgétaire négatif de -359 millions. C’est donc toujours la même histoire : sans les versements de 802 millions de dollars au Fonds des générations, le début de l’année budgétaire serait au vert.  

Il est bien entendu hasardeux de projeter ces résultats partiels sur toute l’année en cours, mais un tel exercice amène tout de même un éclairage fort pertinent sur le réel état des finances publiques.  

Entre 2011-2012 et 2019-2020, l’écart entre les résultats des trois premiers mois et ceux de l’ensemble de l’année s’est élevé, en moyenne, à 2,3 milliards. Le tout avec un écart maximal de 7 milliards et un écart minimal de 141 millions, toujours dans le sens d’une amélioration de la situation.

Ces écarts, appliqués aux résultats préliminaires de cette année, nous donnent alors un surplus anticipé pour 2021-2022 oscillant entre 584 millions et 7,4 milliards avec une moyenne se situant à 2,7 milliards. En tenant compte des versements au Fonds des générations, cela nous laisse un solde budgétaire allant de -2,5 milliards à 4,3 milliards, avec une moyenne de -356 millions.

Ces bonnes nouvelles expliquent certainement en partie pourquoi, tout d’un coup, Québec s’est décidé à injecter 1 milliard de dollars pour favoriser l’attraction du personnel infirmier dans le réseau public de la santé. Pour continuer dans cette voie et réinvestir dans les services nécessaires au bien-être de la population, il serait souhaitable que le gouvernement donne enfin l’heure juste sur ses finances. Nous pourrions alors débattre sereinement des priorités pour les années à venir. 

VOUS AIMEZ LES ANALYSES DE L’IRIS? SONGEZ À DEVENIR MEMBRE!

Icône

Restez au fait
des analyses de l’IRIS

Inscrivez-vous à notre infolettre

Abonnez-vous

Partager

Commenter la publication

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 comments

  1. La dette d’un pays, ce n,est pas la supposée dette de l’état, mais bien les dettes consolidées de tous les ménages et de toutes les entreprises, incluant celles de l’état. En juin 2014, la dette consolidée du Canada a dépassé les 5,000,000,000,000$. Elle doit bien avoir dépassé les 7,000,000,000,000$ en 2021. Ça représente environ 185,000$ de dette par citoyen, peu importe son age

    C’est là seulement que l’on peut constater la véritable taille du boulet de la dette qui frêne l’économie du pays.

    Par ailleurs, si on lit bien la constitution, on constate que les taxes perçuent par le fédéral comme les différentes provinces ne peut être utilisé pour le service de la dette de ces derniers. Ils doivent l’assumer seuls. Les Taxes doivent être retournés aux citoyens en biens et services.

    Mais voila… Personne ne lit la constitution ni la respecte!

    Nous vivons dans une parodie de pays!

  2. Encore un cas ou les élus font peur au peuple pour lui faire accepter l’inacceptable!

    Ce que beaucoup ne savent pas, c’est que l’état doit payer ses dettes lui-même. Il ne peut transférer la charge de ses dettes aux citoyens à travers des taxes. Osez lire la constitution!

    Les compagnies de la couronne servent à cela, entre autre.