Icône

Aidez-nous à poursuivre notre travail de recherche indépendant

Devenez membre

Budget du Québec: les élections éclipsent les défis économiques et l’urgence climatique

23 mars 2022

Lecture

4min


Le budget à saveur électoraliste d’hier s’est traduit en mesures ponctuelles offrant de petites joies sans lendemain plutôt qu’en mesures structurantes qui auraient entamé la transition écologique de l’économie et assuré le passage vers l’ère post-pandémique. Des recettes fiscales imprévues (12,4 G$) placent le ministre des Finances dans une posture enviable et lui permettent de distribuer des cadeaux préélectoraux, mais le gouvernement échoue ainsi à répondre aux grands défis de l’heure. 

Le budget du 500 $

En versant 500 $ à chaque adulte gagnant jusqu’à 100 000 $, il opte pour une mesure ponctuelle et régressive. Si personne ne se plaint de recevoir cet argent, pour plusieurs, il agira comme un revenu supplémentaire imprévu plutôt qu’une aide financière. Cette mesure est inefficace, car elle ne cible pas les populations qui sont réputées être les plus affectées par l’inflation, c’est-à-dire les ménages gagnant moins de 60 000 $ (ou les personnes seules gagnant près de 30 000 $). Plutôt que d’offrir un réel soutien à celles et ceux qui pâtissent le plus de l’inflation, le gouvernement a choisi d’offrir une petite gâterie à la majeure partie de la population. Il avait pourtant un outil simple pour distribuer adéquatement ces sommes : le crédit d’impôt pour solidarité. 

Le gouvernement dispose de nombreux autres outils pour protéger le pouvoir d’achat des ménages québécois face à l’inflation, surtout les plus vulnérables. Un de ses pouvoirs consiste à exercer des pressions à la hausse sur les revenus à long terme, une mesure qui serait appropriée dans le cadre d’une inflation qui n’est pas causée par une hausse de la consommation. Des mesures ayant des effets pérennes comme la bonification du crédit d’impôt remboursable pour le soutien aux enfants et un nouveau rehaussement du plafond de l’aide maximale versée aux aînés de 70 ans et plus ont été négligées. Elles auraient pourtant eu l’avantage de viser particulièrement les populations touchées par l’inflation. Dans le secteur des soins, il est à redouter que la privatisation des services projetée par le gouvernement, si elle s’applique à des domaines comme les soins à domicile ou l’hébergement, mine d’autant plus le pouvoir d’achat des femmes et particulièrement des femmes racisées, puisque les salaires y sont généralement plus bas dans le secteur privé que dans le réseau public.  

Pour agir sur les dépenses des ménages, une voie à suivre aurait pu être la réduction des frais des services contrôlés par l’État (gel des frais de scolarité, diminution des frais de garde par l’achèvement d’un réseau subventionné, tarifs hydroélectriques). Un recul sur la décision de fixer les tarifs d’hydroélectricité en fonction de l’inflation aurait été une mesure aussi simple qu’efficace pour protéger l’ensemble des ménages. En maintenant cette décision, le gouvernement participe activement à renforcer l’inflation dans les prochaines années alors que le coût de la distribution d’électricité au Québec, pourtant centrale aux coûts de production dans la province, se voit artificiellement gonflé par les choix du gouvernement. Cela affecte pour les années à venir le prix des paniers de consommations des Québécois·es. 

Manque d’ambition environnementale

Il est malheureux de voir qu’en contexte de flambée des prix du pétrole et de l’essence, les mesures qui visent à réduire la dépendance de l’économie québécoise aux énergies fossiles soient reléguées au second plan. Plutôt que de privilégier le transport collectif en pénalisant l’utilisation de la voiture solo, le gouvernement choisit de dépenser plus de 4,3 milliards sur 10 ans pour l’élargissement et le développement des autoroutes, notamment dans des banlieues comme Brossard et Laval.

En conclusion, bien que ce budget n’annonce pas de temps sombres imminents, le choix des dépenses n’apparaît pas judicieux compte tenu des défis économiques et écologiques auxquels le Québec est confronté dans l’immédiat.

Ce billet est d’abord paru sous forme de lettre ouverte dans l’édition du 23 mars 2022 de la Presse.

VOUS AIMEZ LES ANALYSES DE L’IRIS? SONGEZ À DEVENIR MEMBRE!

Lire le communiqué

Icône

Restez au fait
des analyses de l’IRIS

Inscrivez-vous à notre infolettre

Abonnez-vous

Partager

2 comments

  1. Une période électorale, c’est devenu une farce ou l’entreprise de marketing la plus performante gagne et ou le peuple perd toujours son âme, ses rêves, ses aspirations et sa volonté!.

    La constitution, qui est réputée la fondation du droit, est transgressée impunément, sans aucune conséquence pour les contrevenants, depuis le premier juillet 1867!

    NOUS VIVONS DANS UNE PARODIE DE PAYS!

    Ceux qui sont au pouvoir sont inamovibles pendant leur terme!
    Un référendum est simplement un autre nom pour un sondage qui n’a aucune force!
    Tout le monde pense que le droit de vote populaire, c’est démocratique!
    Un citoyen n’a pas le droit de présenter quoi que ce soit à l’assemblée nationale!
    L’exercice d’un pouvoir est le fruit de l’abdication du peuple!
    Les candidats sont sélectionnés par des entreprises privées: les partis politiques!
    C’EST TOUT FAUX!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    NOUS VIVONS DANS UNE PARODIE DE PAYS!

    Le droit de rappel devrait exister!
    Un référendum doit être l’expression de la volonté populaire et être exécutoire!
    Le tirage au sort est la véritable protection de la démocratie!
    Le droit de participation devrait exister!
    L’exercice du pouvoir devrait être l’expression d’une délégation du peuple!
    Quiconque veut le pouvoir devrait être automatiquement disqualifié!

Les commentaires sont désactivés