4 359 places en garderie : il n’en manque que 38 641

Par

Le ministre de la Famille annonce aujourd’hui la création de 4 359 places en service de garde subventionné (CPE et garderie privée subventionnée). Le tout devrait se répartir dans 13 régions administratives. Une première réaction est certainement d’accueillir favorablement cette annonce, surtout lorsque l’on considère qu’environ 43 000 jeunes sont toujours sur les listes d’attente. 

Toutefois, trois éléments viennent calmer notre enthousiasme :

  1. Création de 4 102 places en moyenne depuis 1998

Lorsqu’on additionne les nouvelles places créées annuellement en CPE et en garderie privée subventionnée, nous constatons que de 1998 à 2018 il s’est créé en moyenne 4 102 places par année. L’annonce d’aujourd’hui ne vient donc pas changer grand-chose à la trajectoire des dernières années. Si on ajoute à ce portrait la création moyenne de places en milieu familial, il faudrait ajouter 3 492 places à la moyenne déjà mentionnée. L’annonce du ministre Lacombe est donc la bienvenue, mais on ne peut y voir un geste fort en faveur de la satisfaction des besoins de la population en matière de service de garde à la petite enfance.

  1. Rien pour les services de garde dans le PL-66 sur la relance

Le gouvernement Legault a lancé à grand bruit son projet de loi sur la relance économique au printemps dernier. D’abord connu comme le PL-61, la mouture actuelle prévoit l’accélération de 181 projets d’infrastructure. De ce nombre, rien n’est prévu pour le ministère de la Famille qui a la responsabilité des services de garde. Le gouvernement se propose donc de stimuler la croissance économique en investissement dans le béton, mais n’a rien à proposer pour utiliser cette occasion afin de développer massivement et durablement de nouvelles places.

  1. Toujours 38 641 places manquantes 

Malgré l’annonce d’aujourd’hui, il manquera toujours 38 641 places pour satisfaire les besoins de la population en matière de service de garde. Le ministre a dit qu’il travaillait toujours à un plan pour ramener dans le giron des garderies subventionnées des places présentement en garderies privées. Sur ce point, le ministre doit accélérer le pas afin d’assurer une offre de services de qualité, comme je le démontrais ici.

 

VOUS AIMEZ LES ANALYSES DE L'IRIS? SONGEZ À DEVENIR MEMBRE!

 

Commentaire sur l'article