L'armée manquante au Québec : les services à domicile

Par

Le Québec connaît depuis plusieurs années une accélération du vieillissement de la population, tel que le prévoyaient les démographes. Mais alors que de nombreux observateurs ont agité l’épouvantail d’un « choc démographique » qui ravagerait les finances publiques, c’est en matière de soutien à la population vulnérable que l’on peut anticiper l’une des conséquences les plus néfastes de ce vieillissement. Non seulement le Québec fait-il piètre figure en matière de soins de longue durée, mais les ajustements tardifs auxquels procède le gouvernement depuis quelques années ne permettent pas de répondre aux défis du vieillissement en matière de soutien des personnes à domicile. Si rien n’est fait, les services se dégraderont davantage. De plus, le nombre de personnes sans services et celui des personnes proches aidantes débordées continueront d’augmenter. Cette note socioéconomique de l’IRIS fait le point sur la situation en estimant les besoins et en proposant une nouvelle approche qui transformerait complètement les services à domicile et donnerait un nouveau souffle au réseau sociosanitaire au Québec. Le vieillissement de la population rend aujourd’hui nécessaire une politique sociale structurante aussi ambitieuse que l’était la politique familiale de la fin des années 1990 ou celle de l’assurance maladie dans les années 1970.

Exporter la citation sur Endnote Bibtex