Devrait-on racheter les PPP du CHUM et du CUSM ?

Par ,

Les partenariats public-privé (PPP) font régulièrement la manchette depuis l’importation au Québec de ce mode de financement et de gestion de projets d’infrastructures publiques. Les coûts importants de cette approche font partie des critiques qu’elle encourt périodiquement. Dans la présente note socio-économique, l’IRIS estime les coûts de rachat des PPP des deux centres hospitaliers universitaires de Montréal. Ce calcul vise à déterminer si le rachat des contrats en PPP par l’État s’avérerait l’option la plus rentable pour les finances publiques du Québec.

Exporter la citation sur Endnote Bibtex