L’éternel cycle électoral

Par

Voilà. On sait enfin comment le gouvernement a choisi d’investir l’argent qu’il a grappillé grâce à son programme d’austérité. Après des années à demander à la population de se serrer la ceinture, après avoir augmenté et modulé les tarifs des services de garde subventionnés, sous-financé et aboli les instances de développement et de démocratie régionales, exigé au personnel des commissions scolaires et du système de santé de faire plus avec moins, réjouissons-nous! Le temps de la disette s’est terminé aujourd’hui à grand coup de 8$ par chèque de paie et de quelques millions de plus en santé et en éducation d’ici 3 ans.

On pourrait faire semblant d’être surpris, mais on prévoyait ce résultat depuis bien longtemps. Dès que le Parti libéral du Québec (PLQ) a été élu, on savait ce qui s’en venait. Il découvrirait, surprise!, que les finances publiques n’étaient pas en ordre. Il s’excuserait de devoir reculer sur ses promesses et mettrait en place « malgré lui » un vigoureux, mais « nécessaire », programme d’austérité. Après avoir mis les bouchées doubles sur les coupes dans les services publics il réaliserait, surprise!, qu’il a des surplus à ne plus savoir quoi en faire juste avant les élections (c’est un hasard). Il baisserait alors les impôts, saupoudrerait quelques investissements ici et là (« vous voyez, nous avons à cœur les services que nous avons saigné à blanc, voici quelques millions! ») et voguerait sur un bilan « positif » dans l’espoir de se faire réélire.

Si le surplus est tributaire en large partie des compressions réalisées dans les premières années du mandat, il ne faut pas oublier la croissance économique surprenante que le Québec connaît ces temps-ci. D’où vient-elle? Pas des décisions budgétaires du Québec, mais bien de la croissance chez nos voisins américains et de la baisse du dollar canadien « grâce » à la perte de valeur du pétrole. Dans les deux cas, rien n’indique que cela soit durable. Pire encore, les craintes d’une nouvelle récession se multiplient. Ce qui nous sauve aussi, c’est que le Québec a une population somme toute éduquée (grâce à la gratuité du cégep et le faible coût de l’université), qui est en santé (notre système de santé est imparfait, mais fonctionne tout de même) et qui connaît des inégalités moindres qu’ailleurs au Canada. Cela dit, ce sont tous des acquis que le gouvernement de Philippe Couillard travaille très fort à détruire.

Mais est-ce que les propositions contenues dans l’Énoncé budgétaire sont de nature à nous faire oublier tout le reste? Portons notre attention sur les baisses d’impôt, les réinvestissements en santé et en éducation et sur le plan de lutte à la pauvreté.

Commençons avec la baisse d’impôt. Le premier élément à garder en tête est qu’elle touche les contribuables de façon inégale. Selon le calculateur mis à la disposition du public par le ministère des Finances, c’est à 43 900$ qu’on obtient le plus d’argent, soit une baisse d’impôt de 278$. En 2015, le revenu de marché (donc ce que l’on obtient en travaillant) médian était de 42 800$ au Québec. Cette « baisse d’impôt généralisée » bénéficie donc le plus à des ménages que l’on trouve dans le 50% le plus riche de la population. Cette mesure sera rétroactive à 2017 (donc on doit s’attendre à un retour d’impôt bonifié l’an prochain), puis elle se traduira dans les années qui suivent par une réduction allant jusqu’à 10$ par chèque de paie. Bref, pas de quoi changer sérieusement ses habitudes ou compenser pour les dépenses supplémentaires qui s’accumulent dans la foulée des politiques d’austérité et en raison de la dégradation des services.

L’argent redonné aux familles d’enfants d’âge scolaire cache un autre problème : bien que l’éducation primaire et secondaire soit supposément gratuite, les parents se retrouvent avec une facture croissante pour les fournitures scolaires, les repas du midi et les activités parascolairesForcées d’agir en raison d’un recours collectif, les commissions scolaires sont censées faire une révision des frais exigés, mais si on se fie à l’exemple des frais accessoires en santé qui a pris un temps fou à se régler (si c’est vraiment réglé...), on est loin d’une résolution à l’heure actuelle. Mais à quoi bon agir en amont pour corriger le tir : voilà 100$ par enfant pour pallier la situation! Il est d’ailleurs cocasse de noter que, lorsqu’on a demandé à Carlos Leitão en conférence de presse pourquoi ne pas moduler cette nouvelle prestation, il a répondu que la mesure était plus efficace ainsi parce que plus « universelle ». On aurait souhaité qu’il s’en souvienne lorsque son gouvernement a choisi de moduler les tarifs des services de garde subventionnés...

Dans le cas des réinvestissements en santé et en éducation, il faut rappeler que ces nouvelles sommes apparaissent dans un paysage déjà ravagé par les compressions, mais aussi reconfiguré par la promotion insidieuse du secteur privé par l’État. En effet, plutôt que de miser sur les CPE, le gouvernement préfère encourager la création de services de garde privés non subventionnés (même si tout le monde s’entend sur la qualité supérieure du public); plutôt que d’investir massivement dans les services à domicile ou dans l’amélioration des CHSLD, on pousse les personnes en perte d’autonomie vers les services intermédiaires, gérés bien souvent dans le but de faire du profit; et plutôt que de lutter contre la pauvreté, on préfère voir dans les personnes précaires une force de travail à activer.

Justement. Est-ce que les 2,6G$ annoncés pour le plan de lutte à la pauvreté compensent de manière satisfaisante les dommages faits par l’austérité à la population précaire? Il faudra bien entendu attendre le-dit plan pour en avoir le cœur net, mais avec le rapport d’expert sur le revenu minimum garanti déposé la semaine dernière, il est légitime d’en douter. Si le ministre François Blais ne s’est pas gêné pour le critiquer, il est demeuré coi sur les deux aspects les plus problématiques : ne pas prendre en considération le niveau de revenu nécessaire pour subvenir à ses besoins dans la détermination des prestations et l’importance démesurée de l’incitation à l’emploi dans la lutte à la pauvreté. On s’attend donc à ce que le Plan, annoncé pour la semaine prochaine, aille dans cette même direction.

Le ministre des Finances nous répète que la maison est en ordre. On a plutôt l’impression qu’elle est à vendre...