Icône

Aidez-nous à poursuivre notre travail de recherche indépendant

Devenez membre

Les laboratoires d’analyse médicale

3 mars 2022


Fiche 2 sur 4

Avec la vague épidémique de l’hiver 2022, l’accès au dépistage public a été considérablement réduit et plusieurs établissements ont eu recours aux services privés d’analyse biomédicale. Alors que le réseau public de santé ne parvient pas à fournir les services essentiels à la population, comment expliquer que des entreprises privées jusqu’alors peu visibles soient quant à elles en mesure de combler ces insuffisances ? Cette fiche esquisse un portrait de l’industrie du laboratoire biomédical, qui, depuis quelques années déjà, tire profit de l’accessibilité limitée aux services publics.

Pour consulter la fiche 1 sur 4 : La progression du secteur privé en santé au Québec.

Les fiches 3 et 4 seront disponibles au printemps 2022.

Faits saillants

  • L’industrie du laboratoire médical au Québec se caractérise par la concentration. En effet, deux entreprises seulement, dont la filiale d’une firme étatsunienne, se partagent la plus grande part du marché.
  • Les Québécois·es recourent largement aux services privés de laboratoire médical et en assument les frais, bien que ces services soient couverts par le régime public. Cette industrie tire son épingle du jeu en offrant des services aux côtés des GMF et en profitant de l’offre insuffisante dans le système public.
  • La prescription d’un nombre élevé d’examens de laboratoire biomédical non pertinents contribue à la hausse du recours aux laboratoires privés.

Téléchargement(s)

Télécharger la publication


Partager