La détresse des personnes aînées dépasse la situation dans les CHSLD

Par

Montréal, le 3 juin 2020 – De plus en plus nombreuses au Québec, les personnes aînées doivent néanmoins faire face à un immense vide de services dans toutes les facettes de leur vie. Dans une note de recherche publiée aujourd’hui, l’IRIS a analysé la situation des personnes de 65 ans et plus au Québec sous plusieurs angles : santé, finances personnelles et revenu, technologie et logement, par exemple.

« La situation qu’on observe ces jours-ci dans les CHSLD constitue une toute petite partie des problèmes que nous acceptons de faire vivre aux personnes aînées du Québec », prévient Eve-Lyne Couturier, chercheuse à l’Institut. L’étude qu’elle a menée montre que les personnes âgées rencontrent plusieurs défis dans leur vie quotidienne et que les institutions pour y répondre sont mésadaptées à leur réalité. Qui plus est, les recours (plaintes, procédure judiciaire, etc.) pour corriger une situation déplorable sont limités. Les étapes sont souvent complexes, les moyens de communication difficiles d’accès et les délais parfois très longs, un enjeu crucial à un âge avancé.


La chercheuse explique que « le point d’entrée dans le système est confus, les procédures sont complexes et les délais de traitement sont beaucoup trop longs. Est-il normal d’avoir besoin d’un GPS pour trouver
et utiliser les services disponibles de façon adéquate ? », questionne la chercheuse. Or, si rien ne change, les choses risquent d’empirer puisque le Québec comptait 19,3 % de personnes de 65 ans et plus en 2019
et que cette proportion bondira à 28 % en 2066.

De nouvelles institutions pour améliorer leurs conditions de vie

Pour Eve-Lyne Couturier, « il est primordial de mieux accompagner les personnes aîné·e·s, mais également de revoir les institutions qui les accueillent afin de les adapter à leur réalité. Bien que nécessaires, l’enquête de la Protectrice du citoyen ou encore une commission d’enquête sur les CHSLD n’éclaireront qu’une partie limitée du problème, observe la chercheuse. La société québécoise doit repenser la façon
dont elle traite les personnes aînées dans toutes les sphères de leur vie. »


Proposition 1 : Le Québec étant une société vieillissante, de nouvelles institutions sont nécessaires pour mieux répondre aux besoins particuliers des personnes de 65 ans et plus. L’IRIS propose ainsi d’une part la mise en place d’une Direction de protection des aîné·e·s (DPA) dont le mandat sera de veiller au bien-être des personnes âgées. Celle-ci pourra récolter des données, mener des enquêtes et forcer le gouvernement et les
organismes publics à agir.

Proposition 2 : Afin d’aider les personnes personnes âgées à « naviguer » à travers le système, l’Institut suggère en outre la mise sur pied d’un guichet unique à qui pourraient s’adresser les aîné·e·s. Celui-ci aurait pour tâche d’identifier les besoins des usagers en plus d’offrir, entre autres, un service d’accompagnement aux plaintes pour soutenir les personnes qui se butent à des problèmes.

« Selon les régions, certains services existent, comme l’initiative de la ligne d’aide psychosociale 2-1-1 ou encore celle des Centres d’assistance et d’accompagnement aux plaintes. Faute d’une action structurante du gouvernement du Québec, l’aide offerte est toutefois largement insuffisante et à géométrie variable », conclut Mme Couturier.

Cliquez ici pour lire la note.