Sauver l'économie

Par

L'IRIS accueille l'artiste Clément de Gaulejac, qui nous offre son point de vue sur l'actualité alors que le Québec traverse comme l'ensemble de la planète une crise sanitaire et économique sans précédent. 

 

VOUS AIMEZ LES ANALYSES DE L'IRIS? SONGEZ À DEVENIR MEMBRE!

 

Commentaire sur l'article

Yves Legault

Quelle est la définition du mot "économie"? A proprement parler, l’économie, comme on peut s’en convaincre en décomposant ce mot (oikos maison et nomos, gérer), n’est autre chose que la loi qui doit présider à l’administration des affaires de la maison, du ménage; en sorte que l’épithète de domestique est un véritable pléonasme. Ce pléonasme, toutefois, est justifié par la nécessité; car ainsi qu’il est arrivé pour d’autres mots, le sens unique et simple d’ économie s’est étendu de la famille privée à la grande famille de l’État, et l’on a été amené à désigner sous le nom d’économie politique l’administration des richesses nationales, comme on a désigné sous celui d’économie domestique celle des propriétés particulières.
L’économie n’est qu’une distribution juste et proportionnée des biens que l’on possède. L’avare enfouit ses biens le prodigue les dissipe. Tous deux en abusent. L’homme économe seul en jouit raisonnablement et en permanence.

Conclusion: Nous sommes dirigés par des mégalomanes psychopathes avares!

Qui a t-il d'indécent dans la position des tenants du néolibéralisme? Rien... Quand on garde à l'esprit que le profit privé est la seule cible visée par celui-ci... À n'importe quel prix!
Le problème remonte à la déréglementation de la finance qui a embarquée sur ses grands chevaux au début des années 1980 avec Reagan et Tatcher, inspirés par des faux-prophètes, tenant du néolibéralisme. De nos jours, la finance contrôle la planète entière. Tous les pays du monde sont endettés et, par le fait même, ont perdu leur souveraineté respective. De même, tous les citoyens de chaque pays est endetté en permanence depuis sa naissance jusqu'à sa mort depuis au moins 50 ans. Et vive le plan Marshall!
On a donné aux mégalomanes psychopathes avares des armes chargées à bloc en quantité illimitées tout en s'assurant d'être totalement désarmés contre eux! Faut croire que nous sommes masochistes... Par ignorance!
Personne n'a vu venir que l'endettement permanent, c'est le nouvel habit qu'a revêtu l'esclavage. Et moi qui croyais que l'esclavage avait été abolit le premier août 1834 au Canada.
De nos jours, le bien-être des actionnaires passe avant le bien être publique.
les 40 personnes les plus riche du globe possèdent plus de biens que la moitié la plus pauvre de l'humanité.
Certains résultats de recherche pointent vers le fait que 8,000 individus contrôlent totalement la planète. Le slogan du 1% vs 99% ressemble plus dans les faits à .0001% vs 99.9999%, selon moi!
Si nous cessions de taxer la sueur et que nous arrivions à taxer la spéculation à la place, un équilibre apparaîtrait dans le partage de la richesse. Le temps élèverait les vallées de la pauvreté et aplannirait les sommets de la richesse.

Les gains sociaux, les améliorations de la qualité de vie des citoyens ne sont survenus que parce que les syndicats en ont fait la promotion, souvent au prix du sang et de la vie de bien des activistes.

Selon moi, une entreprise active sur le territoire devrait pouvoir démontrer que ses activités servent les intérêts de la population en premier, du pays en second et des actionnaires... en dernier!
Mais voila! Les compagnies se sont payées nos gouvernements depuis des décennies et les lois ont graduellement été modifiées pour leurs profits seuls!

Depuis quand un pays dit souverain peut avoir une dette? Logiquement, c''est une dichotomie irréconciliable.
Mais un certain PET a signé les accords de Bâle en 1974, plongeant le Canada dans la spirale autodestructrice de l'endettement permanent.

Au Canada, il n'y a jamais eu de démocratie! Pourquoi personne ne le dit?
Le Canada n'est pas une confédération. Il ne l'a jamais été!

Le mensonge, pour gagner la partie, n'a besoin que d'une seule chose: l'inaction de la vérité!

La question n'est donc pas de savoir si on devrait payer la note de cette COVID-19 qui ressemble de plus en plus à un pétard mouillé à la H1N1 qu'à quoi que ce soit d'autre. La propagation de cette supposée pandémie déjoue tous les sénarios! Pourquoi? Peut-être parce que ce n'en est pas une?

La réponse à la question est simple: Quelqu'un va payer, c'est certain!
Qui va payer, c'est clair: les peuples du monde entier!
La question est de savoir combien ça va nous coûter!

Là ou il n'y a pas de question, c'est que les responsables ne seront ni identifiés, ni tenus responsables, ni forcés de payer la note!
C'est le combat du 0.00001% vs 99.999% ou celui qui perd systématiquement n'est jamais la minorité!