Néolibéralisme: un changement de paradigme

Par

Nous sommes habitué-es à comprendre le néolibéralisme comme une entreprise de démantèlement de l’État et comme une série d’attaques envers les acquis sociaux qui profitent à la majorité de la population. Toutefois, il est pertinent de revenir sur cette conception parfois trop simpliste afin de se questionner : Et si le néolibéralisme consistait d’abord en une stratégie de transformation de l’État? Sous un discours anti-État souvent virulent, se cacherait en fait une volonté d’utiliser le pouvoir public pour bouleverser notre rapport au monde afin que chaque individu se le représente uniquement dans les termes de la concurrence.

Le décès de Margaret Thatcher, pionnière de la mutation néolibérale de l’État, nous rappelle son héritage et permet de situer le sens d'une autre lecture du néolibéralisme. L’opposition de la dame de fer à tout « socialisme » était en fait une opposition à tout ce qui brime les rapports entre marchandises. Ainsi, la liberté se limiterait uniquement aux libertés de marché. Face à une société où tout n’est pas marchandise, le néolibéralisme se donne comme objectif d’approfondir notre dépendance au marché.

Dans cette série de capsules vidéo qui débute aujourd'hui, nous vous présentons comment s’opère cette transformation de la société.

Commentaire sur l'article