La liste de cadeaux de l'IRIS

Par

5088254388_3a32e61ab8_z

À chaque année alors que la période des Fêtes approche, l’IRIS se fait une tradition de présenter quelques livres appréciés et recommandés par ses chercheur·e·s.

Bien que l’année ait été riche en publications, nous souhaitons attirer votre attention sur des livres qui n’ont pas nécessairement connu un succès planétaire, mais qui ont un intérêt marqué pour mieux comprendre les effets de l’économie.

Lecture de chevet

Dans leur livre L'égalité, c'est mieux, Kate Pickett et Richard Wilkinson choisissent de comparer des pays riches par rapport à leur niveau d'inégalité. À l'aide de graphiques et d'arguments convaincants, les auteur·e·s parviennent à démontrer que, s'il vaut mieux être riche et en santé que pauvre et malade, c'est encore mieux de l'être dans un pays qui fait le pari de réduire les inégalités. On attendait la traduction française du livre depuis 2009. C'est maintenant fait. Plus d'excuse, allez le lire.

Toujours en liens avec l’austérité et les inégalités, l’ouvrage Quand l'austérité tue - Épidémies, dépressions, suicides : l'économie inhumaine du sociologue David Stuckler et du professeur de médecine Sanjay Basu nous montre, chiffres à l’appui, que les mesures d’austérité ont un impact réel sur la santé et la vie des individus et des collectivités. Malgré son sujet difficile, sa lecture est agréable et permet de regarder les effets de l’austérité sous un autre angle que derrière une guerre de chiffres. Ce livre est d’ailleurs une nouvelle référence sur le sujet.

En terme de référence ou du moins d’explication, nous avons eu le plaisir de lire Economix de Dan E Burr et Michael Goodwin. Cette bande dessinée propose une histoire plutôt complète et drôle de la pensée économique moderne tout en vulgarisant les décisions économiques et financières des 100 dernières années. Une excellente introduction aux principes économiques et à leurs effets sur le politique.

Dans une veine plus académique, L’économie participaliste : une alternative contemporaine au capitalisme, Pascal Lebrun fait l’une des premières recensions en français des écrits de Michael Albert et Robert  Hahnel. Ces deux auteurs américains sont de plus en plus influents sur un éventuel autre modèle économique plus égalitaire nommé l’économie participative. L’ouvrage est une excellente présentation du sujet tout en demeurant critique sur son application pratique. Il permet de pousser plus loin la réflexion sur le lien entre démocratie et économie.

Autre coup de cœur, Paradis fiscaux: la filière canadienne : Barbade, Caïmans, Bahamas, Nouvelle-Écosse, Ontario... d’Alain Denault est un incontournable pour comprendre les dérives financières de la société d’aujourd’hui. Fait à noter, bien que nous soyons très critiques des politiques d’évitement fiscales au Canada, nous faisons partie du problème en adoptant la logique de l’évitement offshore sur le dos du bien public. À lire.

Pause film

Le documentaire Bidonville: Architectures de la ville future de Jean-Nicolas Orhon est une réflexion intéressante sur la ville, son développement organique et le « le vivre ensemble » que cela impose. Le film présente des communautés informelles à travers le monde. Que ce soit aux États-Unis, en Inde ou en France, ces groupes parfois rejetés, souvent marginaux et toujours pauvres sont peints comme de communautés résilientes et tissées serrées. Bien que le propos semble parfois un peu trop bon enfant, le film permet de remettre en question notre mode de vie et notre intolérance face à des personnes qui, comme nous, ne font que tenter de survivre dans un monde capitaliste exigeant et déstructurant.

Jeu-documentaire (application)

Parlant de ville et de développement le webdocumentaire interactif plusieurs fois primé Fort McMoney est maintenant disponible sur tablette. Rappelons que le projet propose aux participant.e.s de simuler les choix économiques d’une ville pétrolière à travers de nombreuses possibilités déchirantes. Le projet issu d’une collaboration entre le Canada et la France a intéressé des observateurs du monde entier. Vous pouvez enfin contrôler les flux de pétrole au Canada, tenter de trouver la manière de satisfaire les entreprises, le gouvernement, les habitant·e·s, les membres des Premières Nations, les écolos ... Bonne chance.

En vous souhaitant un bon temps des Fêtes!

L'équipe de l'IRIS

Commentaire sur l'article