L'appauvrissement de la classe moyenne n'est pas un mythe

Par

En réponse au texte de Pierre Sormany, « Le mythe tenace de l’appauvrissement de la classe moyenne », publié le 13 octobre dernier. Un sondage Angus Reid révélait en août dernier qu’environ 40 % des répondants jugent qu’il est « plus difficile aujourd’hui de maintenir un niveau de vie de classe moyenne ». Dans une lettre publiée dans La Presse+ le 13 octobre dernier, le journaliste Pierre Sormany soutient que ce n’est pas parce qu’elle s’est appauvrie que la classe moyenne peine à joindre les deux bouts. « Ce sont leurs dépenses qui augmentent », affirme-t-il.

Cette analyse comporte quelques erreurs importantes, mais elle met en lumière une des contradictions fondamentales de notre système économique. M. Sormany présente des données provenant de l’Enquête sur la sécurité financière (ESF) de Statistique Canada. Il s’agit d’une enquête volontaire portant sur les avoirs et les dettes des Canadiens qui a comme défaut de comporter un échantillon relativement petit et de sous-estimer la situation financière des plus riches. Il faut donc faire preuve de prudence dans l’interprétation de ces données. 

L’ESF nous apprend que la valeur nette des ménages québécois de la classe moyenne a augmenté depuis 1999. La valeur nette correspond aux avoirs d’un ménage (avoirs financiers comme les REER, et non financiers comme l’immobilier) moins les dettes. M. Sormany observe cependant que leurs dettes ont aussi gonflé. Il en déduit ainsi que si les ménages québécois se sentent pris à la gorge, c’est qu’ils dépensent au-dessus de leurs moyens. 

Pour M. Sormany, ces résultats sont la preuve que la croissance économique a profité à tous. Il se tourne alors vers la situation financière du 1 % le plus riche. Notons que les données de Statistique Canada sur les hauts revenus portent sur les individus, alors que l’ESF s’intéresse aux ménages. Mais passons ce petit problème méthodologique. Les écarts entre les riches et les pauvres auraient diminué malgré le fait que le 1 % se serait enrichi « de manière scandaleuse ». Ici, l’auteur se trompe carrément.

Les inégalités de revenus sont en croissance depuis la fin des années 80 au Québec parce que les revenus du 1 % ont cru à une vitesse beaucoup plus grande que celle du 99 % restant.

Et rien n’indique que la hausse de la rémunération qui est survenue dans les deux dernières années va renverser cette tendance. 

PROVOQUER UNE RÉCESSION ?

Ce phénomène se reflète aussi dans le fait que les ménages les plus riches détiennent une plus grande part des avoirs financiers et non financiers, ce qu’élude M. Sormany. Ainsi, les 20 % de ménages dont les revenus sont les plus élevés détiennent plus de la moitié des REER, toujours selon l’ESF (qui, rappelons-le, sous-estime les avoirs des plus riches). 

En somme, l’évolution des avoirs, des dettes et des revenus reflète la tendance suivante : alors que les revenus d’une majorité de gens font du surplace, le recours au crédit a permis aux consommateurs d’absorber l’offre croissante des entreprises. Et c’est parce que l’accès au crédit s’est assoupli que les ménages ont pu se procurer des maisons et d’autres biens de consommation courante plus dispendieux. Les ménages de la classe moyenne ont donc des actifs qui valent plus, mais qui augmentent leur fardeau financier. 

Malgré les nuances qui viennent d’être apportées, on pourrait affirmer que si la classe moyenne diminuait ses dépenses, elle retrouverait forcément une marge de manœuvre financière. Or, si ce conseil était suivi par tous, notre système entrerait dans une profonde récession. En somme, on blâme une fois de plus les individus pour un comportement qui est le moteur principal de la croissance, sans jamais remettre en question l’organisation de notre système économique. 

Nul besoin de critiquer le capitalisme pour critiquer la surconsommation, répliquera-t-on. Pourtant, l’un ne va pas sans l’autre. Pour améliorer la situation financière de la classe moyenne, on peut soit faire en sorte que les revenus suivent à nouveau la croissance de l’économie, soit réduire notre niveau de consommation globale et revoir de fond en comble les principes qui guident le développement de notre société. Chose certaine, la planète ne s’en porterait que mieux.

1. « L’évolution de la pauvreté au Canada », Agence QMI, 17 juillet 2018

Ce billet est d'abord paru sous forme de lettre dans l'édition du 19 octobre 2018 de La Presse

Commentaire sur l'article