Icône

Aidez-nous à poursuivre notre travail de recherche indépendant

Devenez membre

Faut-il vraiment réduire les seuils d’immigration?

12 avril 2021

  • Julia Posca

Dans une lettre parue le 9 avril, l’économiste et président du Parti québécois, Dieudonné Ella Oyono, affirmait que, devant la rareté de main-d’œuvre qui touche plusieurs secteurs de l’économie québécoise, « augmenter les seuils d’immigration n’est pas une solution soutenable à long terme, ni du point de vue économique (chômage élevé) ni du point de vue social (pression sur les services publics). » Cette conclusion nous semble toutefois fondée sur des prémisses erronées.
La position que défend M. Oyono se base sur un examen du taux de chômage des immigrants reçus au Canada entre 2016 et 2020. Or, on devrait plutôt faire remonter l’analyse à 2006, puisque les données publiées à cet égard par Statistique Canada remontent à cette année. Il en ressort un portrait plus complet et on évite ainsi la comparaison avec 2020, une année atypique en raison de la pandémie.Entre 2006 et 2019, le taux de chômage des immigrants reçus âgés de 15 ans et plus a diminué de 45 % au Québec, passant de 12,8 % à 7 %. Cette diminution s’est observée chez toutes les catégories d’immigrants, des plus récemment arrivés aux plus anciennement établis. Le taux de chômage de la population née au pays a pour sa part diminué de 38 % durant cette période, passant de 7,4 % à 4,6 %.La raison de cette embellie est fort simple : depuis la crise de 2008, la croissance de l’économie a été soutenue, les baby-boomers ont quitté par milliers la population active après avoir atteint l’âge de la retraite, et le nombre de postes vacants dans les entreprises du Québec s’est multiplié, dont une majorité pour des emplois requérant peu de formation ou d’expérience. Cette situation a profité aux personnes récemment entrées sur le marché du travail, dont les personnes immigrantes.

Dans ce contexte, pourquoi se priverait-on de la contribution de celles et ceux qui ont le projet de s’installer au Québec, notamment pour pouvoir y vivre en français ? Selon un argument souvent mis en avant, plus le nombre de personnes immigrantes augmente dans un pays, plus il deviendrait difficile de les intégrer. Dans une étude parue en 2019, l’IRIS montrait au contraire que les États qui affichent les proportions les plus grandes d’immigrants sont aussi ceux qui les intègrent le mieux sur le plan économique. On le voit d’ailleurs en Ontario où, comme le souligne M. Oyono lui-même, le taux de chômage des immigrants reçus est plus bas qu’au Québec, alors que la province de Doug Ford accueille, toutes proportions gardées, plus d’immigrants que celle de François Legault.

Quant à l’argument voulant que les personnes immigrantes représentent une charge pour les finances publiques, mentionnons au contraire qu’à mesure que les années passent et que leur participation au marché du travail s’accroît, leur contribution au Trésor public (et donc au financement des services publics) augmente elle aussi.

Certes, les inégalités persistantes entre travailleurs immigrants et natifs exigent, comme le souligne là encore M. Oyono, que l’on se donne les moyens d’y remédier. Augmenter le nombre de cours de francisation et faciliter la reconnaissance des diplômes et des expériences acquis à l’étranger sont bien entendu des mesures qui font partie de la solution, mais lutter contre la discrimination en emploi, qui touche particulièrement les personnes racisées, l’est tout autant.

L’immigration ne pourra à elle seule remédier au manque de main-d’œuvre que connaît le Québec et qui s’accentuera dans les années à venir, étant donné le vieillissement de la population. Par contre, réduire les flux migratoires en provenance de l’étranger ne fera qu’aggraver le problème. Inversement, il faut éviter de voir les personnes qui souhaitent s’installer au Québec comme une simple force de travail au service des entreprises et plutôt les considérer comme des citoyennes et des citoyens à part entière qui apportent beaucoup plus qu’ils ne coûtent à la société d’accueil. C’est là une des clés de leur intégration.

Peut-être y a-t-il des raisons politiques qui en poussent certains, à l’instar de M. Oyono, à rejeter l’idée d’une hausse des seuils d’immigration. Cependant, les raisons sociales et économiques le plus souvent invoquées pour défendre une telle position reposent sur une analyse inexacte de la situation des personnes immigrantes au Québec.

Ce billet est d’abord paru sous forme de lettre dans l’édition du 12 avril 2021 du Devoir.

Icône

Restez au fait
des analyses de l’IRIS

Inscrivez-vous à notre infolettre

Abonnez-vous

Partager

Commenter la publication

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *