Productivité : le Québec est-il en retard?

Par ,

Dans l’espace public, plusieurs intervenant·e·s s’inquiètent d’une présumée faible progression de la productivité au Québec; ce qui limiterait la prospérité et mettrait même en danger la durabilité du « modèle québécois ». Dans une note précédente, nous avons d’abord remarqué que les Québécois·es seraient peut-être plus enthousiastes à l’idée d’une politique productiviste si la majorité en retirait les fruits; ce qui n’est pas le cas. Dans les faits, nous avons démontré qu’il y a un écart important entre la progression de la rémunération des travailleurs et travailleuses et celle de la productivité, et ce, depuis trois décennies. Cette fois, nous nous attarderons à l’évolution de la productivité du travail au Québec au cours des 15 dernières années en la comparant à celle de l’Ontario et à moyenne canadienne. Notre analyse démontrera que, considérant la structure industrielle et économique particulière du Québec, la situation n’est pas aussi catastrophique que celle que l’on nous dépeint généralement.

Exporter la citation sur Endnote Bibtex