Pénurie de logements et hausse de loyers

Par ,

La pénurie de logement semblait se stabiliser en 2008 avec un redressement léger du taux d’inoccupation. Or, les données de 2009 indiquent plutôt que la crise du logement se transforme en état permanent. Alors que de nombreux commentateurs prédisaient la fin de la pénurie, le taux d’inoccupation a connu une baisse à l’échelle du Québec et demeure éloigné du seuil d’équilibre. Du côté des loyers, la crise d’abordabilité s’amplifie avec des hausses soutenues. De plus, l’actuelle crise économique risque d’aggraver la situation précaire de l’accès au logement.

Exporter la citation sur Endnote Bibtex