Le travail des artistes au Québec est-il payé à sa juste valeur ?

Par

Le monde de la culture québécoise, comme secteur d’activités sociales, joue un rôle central dans le renouvellement, la vitalité et le rayonnement des spécificités culturelles de la francophonie dans le contexte nord-américain. Comme industrie à vocation également économique, il offre une chance aux artistes d’ici d’exprimer leur créativité, tout en participant directement à la prospérité du Québec. Pourtant, malgré sa richesse et sa profusion, le monde de la culture semble aller de crise en crise : on le somme de s’adapter aux besoins du marché du divertissement, le gouvernement fédéral coupe le portefeuille servant à en soutenir les activités sous prétexte de compressions budgétaires et le gouvernement du Québec réduit de 20 % les crédits d’impôt, dont ceux liés à la culture. Dans cette note socio-économique, nous étudierons les conditions d’emploi des artistes et artisan·e·s du milieu audiovisuel francophone québécois et leurs réalités du marché de l’emploi afin d’évaluer de quelle manière la précarité s’est normalisée comme condition de travail dans ce secteur de l’industrie.

Exporter la citation sur Endnote Bibtex