[]

3 résultats trouvés.

Qu'est-ce qu'une empreinte écologique?

Par

L’empreinte écologique est un indicateur économique et environnemental qui estime l’impact de l’activité humaine sur la biosphère et il s’inscrit dans la dynamique instaurée dans le cadre du Club de Rome. Ce terme a été principalement développé par William Rees et  Mathis Wackernagel, respectivement professeur de planification urbaine de l’Université de Colombie-Britannique et docteur en planification communautaire et régionale, dans leur livre Our Ecological Footprint: Reducing Human Impact on the Earth. Grâce à cet indice, il est possible de voir les coûts écologiques de la croissance économique sur la planète.

Le Québec doit améliorer sa productivité, vraiment?

Par

Plusieurs commentateurs s’inquiètent souvent de la trop faible productivité de l’économie québécoise, une meilleure productivité étant supposée générer ou maintenir des emplois de qualité et améliorer la rémunération de tout le monde. Cependant, la réalité n’est pas si simple, les gains de productivité ne se sont pas traduits en une augmentation équivalente de la rémunération des salarié.es québécois.es.

Entre 1981 et 2010, la richesse produite au Québec par heure travaillée a augmenté de 30%. C’est une progression considérable et on aurait pu s’attendre à une évolution comparable de la rémunération des travailleuses et travailleurs de la province. Mais ce n’est pas le cas. La rémunération totale n’a augmenté que de 15 % pour la même période. Concrètement, l’écart entre l’évolution des gains de productivité et celle de la rémunération des salarié.es équivaut à un peu plus de 3 $ l’heure, soit environ 6000 $ par année.

Le prix de la pollution

Par

Au Canada, on n’a pas l’habitude d’associer environnement et portefeuille. On a plutôt tendance à croire  (à tort) que les intérêts environnementaux nuisent au développement économique. Cependant, bien que pour certains investisseurs, la hausse des inquiétudes environnementales constitue un irritant, elle influence peu les décisions d’affaires. En termes économiques, la pollution est d’ailleurs considérée la plupart du temps comme une externalité, c’est-à-dire un effet négatif incalculable sur le bien-être que l’on ne prend d’ailleurs pas en compte.

Aucun document trouvé