L’endettement étudiant: une bulle spéculative?

Par ,

Dans la présente note, l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) démontre que les mécanismes d’aide financière et les systèmes de prêts destinés aux étudiant-e-s ne sont pas uniquement des mesures d’accessibilité aux études. En effet, ceux-ci sont également les instruments d’une privatisation du financement et des finalités des institutions publiques d’enseignements. Cette transformation s’inscrit dans le cadre d’une stratégie de relance de l’économie qui vient faire reposer la croissance sur l’endettement personnel et sur l’arrimage de l’offre de formation à la demande en « capital humain » (main-d’œuvre hautement qualifiée) exprimée par les entreprises. Cette opération, qui intervient au moment d’une crise structurelle des économies avancées, risque fort d’entraîner une nouvelle « bulle spéculative » dont les étudiant-e-s et l’ensemble des ménages feront les frais.

Exporter la citation sur Endnote Bibtex