REPORTÉ : Journée d'étude sur la modernisation des politiques d'habitation

L'Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS) a entrepris un chantier sur les politiques publiques en matière d’accès à l’habitation et de développement immobilier. Dans un contexte où la crise du logement menace l’équilibre urbain dans plusieurs villes et arrondissements de Montréal, l’IRIS œuvre au développement de propositions immédiatement applicables par les pouvoirs municipaux. Afin de présenter le fruit des travaux réalisés en compagnie d’acteurs, actrices et expert·e·s de l’habitation, nous tiendrons une journée d’étude à laquelle nous vous convions à titre d’élu·e ou de membre de la fonction publique. Cette activité se tiendra le 19 mai 2020 à l’École nationale d’administration publique (ENAP) à Montréal. 

Cette journée sera l’occasion de se pencher sur les outils à la portée des autorités municipales et provinciales afin d’assurer un développement harmonieux des villes pour tous et toutes, notamment pour les groupes plus vulnérables tels que les ménages à revenus modestes, les personnes âgées, les nouveaux arrivant·e·s et les familles. Les mesures qui seront présentées à cette occasion pourraient préserver Montréal et les autres villes du Québec de la situation observable ailleurs au Canada, où les prix des logements et les problèmes d’accessibilité qui en découlent ont pris des proportions préoccupantes.


La journée suivra trois axes :

Bloc 1. Les pouvoirs municipaux (voir les panélistes)

Le zonage, l’émission de permis et la réserve foncière font partie de la boîte à outils dont disposent les municipalités pour freiner ou mieux encadrer la spéculation foncière. Mais ces outils (et d’autres) semblent peu mobilisés à cette fin. Quelles sont les portées et les limites des différents outils dont disposent les municipalités suite à l’adoption des Lois 121 et 122? Quelles pourraient être les sources d’inspiration pour une meilleure utilisation de ces outils, voire le développement de nouveaux outils?

 

Bloc 2. Le soutien au développement résidentiel sans but lucratif (voir les panélistes)

Le logement communautaire sans but lucratif est sans doute l’une des solutions les plus éprouvées et les mieux connues aux problèmes d’accès au logement, notamment parce qu’il permet de soustraire l’habitation à la spéculation et à la surenchère marchande. Quel soutien les villes pourraient-elles apporter aux organismes spécialisés dans le développement de projets résidentiels sans but lucratif ? Comment mettre de l’avant ce type d’habitation dans un contexte de forte concurrence pour l’accès aux terrains ?​

 

Bloc 3. L’acquisition d’immeubles et le maintien de l’abordabilité (voir les panélistes)

Les acquisitions d’immeubles privés par des organismes publics ou communautaires permettraient également de préserver l’accessibilité du logement dans des secteurs à forte densité d’occupation et où les sites propices à de nouvelles constructions se font plus rares. Les villes ont-elles les moyens de se lancer dans telles acquisitions ? Comment financer ses opérations tout en maintenant abordable le coût d’accès au logement ?​

 

Pour vous inscrire, c'est ici.

Pour tout autre renseignement: paquet@iris-recherche.qc.ca