En un graphique: la frénésie immobilière à Montréal

Par

La frénésie de l’immobilier n’a rien d’une illusion. Le graphique ci-bas montre que la forte augmentation de l’indice des prix des propriétés a cours depuis le milieu des années des années 2000 dans la région métropolitaine de Montréal, mais que cette augmentation est vertigineuse depuis deux ans (courbe bleue pâle). 

L’achat d’une maison est souvent la plus grande dépense que réalisera un ménage au cours de sa vie; c’est pourquoi il est tout aussi frappant de voir à quel point le revenu médian (courbe bleu foncé) au Québec a évolué bien lentement si on le compare à celui des propriétés. Depuis deux ans, il s’agit en fait d’un véritable décrochage alors que les courbes, dont l’évolution connaissait déjà une évolution assez différente, sont complètement disjointes. On comprend que face à une telle évolution, l’accès à la propriété devient prohibitif pour un nombre croissant de ménages. 

Rajoutons à ce portrait que l’évolution des taux des prêts hypothécaires a pour sa part largement favorisé l’accès à la propriété étant donné leur réduction drastique depuis la fin des années 2000 (courbe pointillée). Est-ce que cela signifie que l’accessibilité s’est maintenue en dépit de la frénésie du marché ? Eh bien non. L’indice d’accessibilité à la propriété calculé par la firme JLR, qui compare le salaire hebdomadaire médian au « paiement hypothécaire type », a en fait diminué de 10,2 % entre mars 2020 et mars 2021. Il faudra donc continuer d’examiner dans les mois à venir l’évolution du marché immobilier et son incidence sur la situation financière des ménages, dont le niveau d’endettement représente un facteur de vulnérabilité pour l’économie canadienne.

 

 

VOUS AIMEZ LES ANALYSES DE L'IRIS? SONGEZ À DEVENIR MEMBRE! 

 

Commentaire sur l'article

Yves Legault

Je considère une honte que l'état n'aie pas réagi avec fermeté contre la spéculation domiciliaire.
Après tout, d'avoir un toit sur la tête est un bien premier.
Il est clair que la société québécoise n'a pas encore réalisé l'importance de maintenir un accès à tous les biens premiers pour tous. C'est cela seul qui peut endiguer la croissance de la pauvreté.

guillaume dostaler

Il serait grand temps que vous introduisiez le phénomène de blanchiment d'argent dans votre équation pour expliquer cette frénésie. C'est complètement hallucinant à quel point personne, même vous, n'évoque ce phénomène quand vient le temps de comprendre qu'est-ce qui arrive dans ce secteur. qui, je ne vous apprends rien j'espère, en est un de prédilection pour les blanchisseurs

Pourtant des évaluations monstrueuses ont fait surface depuis deux ans. Une provient d'un rapport commandé par le gouvernement de Colombie Britannique qui est sortie au printemps 2019. Si la sortie de ce rapport a été un peu rapporté par les médias d'ici, aucun à ma connaissance n'a rapporté le fait que ce rapport contenait des évaluations pour les autres parties du Canada dont le Québec. Voici le lien pour le rapport de Colombie Britannique. Je vous invite à aller à la page A-126 où il y a un tableau d'estimation du blanchiment au Canada, par région. Je vous invite aussi à lire l'avant dernier paragraphe de la même page qui laisse entendre que l’évaluation sur ce tableau est probablement sous estimée pour le Québec, l’Ontario et la Colombie Britannique. Pour le Qc, ça tournerait autour de 6 milliards $ par année, si on suit la projection du tableau. Depuis la sortie de ce rapport le marché s'est enflammé encore plus, comme vous le montrez ici.
https://www2.gov.bc.ca/assets/gov/housing-and-tenancy/real-estate-in-bc/combatting-money-laundering-report.pdf

L'autre évaluation provient d'un texte qu'a fait parvenir aux médias l'organisme Transparency International en décembre dernier. Leur évaluation se chiffre de 7 à 20 milliards$ par année (!!!) Personne n'a sourcillé semble-t-il.
https://www.tvanouvelles.ca/2020/12/06/blanchiment-dargent--quebec-doit-cesser-de-tolerer-lintolerable

À la sortie du rapport en CB, qui révélait qu'il s'était blanchi 7,4 milliards$ en Colombie Britannique en 2018, dont 5 dans l'immobilier, Vancouver s'est fait qualifier de capitale mondiale du blanchiment d'argent. Et là, les seules données sur la question laissent entendre que la situation ici serait encore pire qu'à Vancouver.

Il est plus que temps que cet enjeu prenne toute la place qu'il mérite sur la place publique et je vous invite à faire votre part à cet effet. D'autant plus que, pour avoir parlé à plusieurs journalistes, à quelques élus, plusieurs intervenants du milieu, je peux vous affirmer que c'est une question complètement occultée de notre société. De gauche à droite. C'est une grosse bombe avec une mèche très mouillée.

Si vous avez des raisons de penser que mes préoccupations ne sont pas justifiées, je vous invite à les dévoiler. Depuis les 2, 3 ans que je suis préoccupé de plus en plus par ce phénomène. (je travaille dans un comité logement à Hochelaga-Maisonneuve) je n'ai eu aucune information ou argument qui seraient sujet à apaiser mes craintes.

En espérant que vous saurez aider à faire en sorte que notre société se préoccupe de ce phénomène,

Portez-vous bien.