[]

4 résultats trouvés.

Le Fonds vert : un vide sidéral

Par

En début de semaine, nous apprenions que les résultats du Fonds vert étaient cette année une fois de plus décevants. En effet, les 1,23 G$ investis jusqu’à présent n’ont généré qu’une réduction de 613 000 tonnes de gaz à effet de serre (GES), soit environ 0,7 % (p.13) des émissions totales du Québec. Malheureusement, la réponse à cette autre mauvaise année du Fonds vert reste peu convaincante et semble répéter les erreurs des dernières années. 

Les coûts de notre système de santé sont raisonnables

Par

L’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) a récemment publié les derniers chiffres sur les dépenses du pays au chapitre de la santé. Cette analyse est un antidote rationnel à une question politique épineuse puisqu’elle montre que les coûts des soins ne s’emballent pas. En fait, ce rapport souligne que les vrais enjeux sont très peu liés à l’argent.

Presque tous les jours, un politicien ou un ponte quelconque, déclare que nous avons perdu le contrôle des dépenses provinciales en matière de santé et que cette situation mine la capacité de l’État à financer tous les autres services. Nos routes sont envahies par les nids de poule, nos enfants sont incapables de faire des multiplications et tous ces maux seraient causés par un système de santé vorace.

Regards sur la CAQ: François Legault à l’université - chronique d’un échec annoncé

Par

En avril dernier, François Legault lançait la plate-forme de sa Coalition pour l’avenir du Québec (CAQ) en matière d’éducation. La troisième initiative de ce « manifeste » porte sur le domaine universitaire et vise à augmenter la performance du réseau et à créer des pôles de recherche d’excellence.  L’objectif de M. Legault est de, sans surprise, faire des universités québécoises des moteurs de la croissance économique à l’époque de l’économie du savoir.

Pour y arriver, les documents de la CAQ proposent l’introduction d’une forme de modulation des droits de scolarité en fonction de la « rentabilité » des programmes d’études et d’instaurer des contrats de performance fixant des objectifs d’efficacité aux universités. Le but de ces mesures est assez simple : révéler, par un mécanisme de prix, la vraie valeur de l’éducation et lutter contre une bureaucratie universitaire jugée inefficace et trop nombreuse. Le problème c’est que les solutions « Legault » existent déjà, sont déjà mises en œuvre – soit au Québec ou ailleurs dans le monde – et qu’elles ne règlent rien du tout, bien au contraire.

Aucun document trouvé