[]

33 résultats trouvés.

Endettement des ménages : entre inquiétude et panique

Par

L’endettement n’est plus qu’un sujet qu’on sort des poussières lorsqu’on ne sait plus quoi dire pendant le temps des fêtes. On s’en inquiète maintenant à l’année longue. Même si le taux d’endettement des ménages canadiens a atteint un niveau record de 167,3% l’an dernier, Desjardins persiste et signe : pas de panique! Ils nous avaient d’ailleurs fait la même prescription l’an dernier. Doit-on vraiment, malgré les inquiétudes à maintes fois répétées à ce sujet, cesser de paniquer? Examinons de plus près ce qui motive cet appel au calme.

 

Infaillibles, les banques canadiennes ?

Par

La semaine dernière, on apprenait que l’agence de notation Moody’s abaissait la cote des six grandes banques canadiennes. Le système bancaire canadien, soi-disant infaillible, montre maintenant quelques signes de faiblesse. Les raisons de la décote : la hausse de prix de l'immobilier et l’endettement des consommateurs et consommatrices. Ainsi, la Banque du Canada pourrait entrevoir une hausse des taux d’intérêts pour calmer l’appétit pour les emprunts et conséquemment ralentir la progression de l’endettement des ménages. Néanmoins, cette hausse ralentirait la consommation des ménages, qui est le moteur de la croissance du produit intérieur brut (PIB) canadien et, de manière plus problématique, elle pourrait acculer de nombreux ménages à la faillite.

Te faire faire la morale : « En as-tu vraiment besoin? »

Par

Après plusieurs années sur la planche à dessin, un nouveau cours d’éducation financière sera finalement offert aux jeunes des écoles secondaires du Québec à compter du mois de septembre 2017. Le communiqué de presse émis par le ministère de l’Éducation le 16 décembre dernier nous apprend que

[c]e cours leur permettra d’exercer leur jugement et de développer leur capacité à prendre position sur des enjeux financiers, comme l’endettement et l’épargne, de façon à ce qu’ils puissent adopter des comportements responsables qui leur seront bénéfiques dans tous les aspects de leur vie.

Brexit : Plus pour les banques, moins pour les citoyens

Par

Depuis que le Brexit l’a emporté au Royaume-Uni, les marchés financiers ont été particulièrement inquiétants pour le gouvernement anglais. La livre sterling a chuté de 9 %  par rapport à l’Euro. La valeur des actions des banques anglaises a connu une baisse de 20 %. Pire, les investissements en propriété commerciale ont connu une baisse de 50 % dans les 3 premiers mois de 2016 (soit avant le référendum). Considérant que depuis 2009 ces investissements représentaient 45 % de la valeur des transactions britanniques vendues, on peut comprendre la Banque d’Angleterre de s’inquiéter. De plus, les compagnies Standard life et Aviva Investor ont annoncé le gel de leurs fonds immobiliers pour éviter l’afflux de demandes de retrait. 

 

Aucun document trouvé