[]

11 résultats trouvés.

L’extrême centre mou

Par

Médiocrates et médiacrates évoluent sur un régime d’entendement si spécifique qu’il ne permet plus la communication. Si encore nos critiques restaient seulement hors de leur portée, mais au contraire, en les récupérant ceux-ci en font-ils désormais la pâte de leur idéologie. C’est ainsi que se sont dits récemment d’« extrême centre », le plus sérieusement du monde, François Legault, chef d’un parti bleu dépourvu d’imagination politique, lui qui est presque exclusivement dédié au conservatisme moral et à la déréglementation économique, Carlos Leitao, froid ministre des Finances, de même que Charles Grandmont, rédacteur-en-chef du magazine L’Actualité, à l’emploi donc d’Alexandre Taillefer, investisseur en quête de notoriété. 

L'illusion gestionnaire

Par

Lors du premier débat des chefs le 20 mars dernier, le chef de la Coalition Avenir Québec a demandé à plusieurs reprises à son vis-à-vis libéral Philippe Couillard combien d’emplois celui-ci avait créé au cours de sa carrière. En adressant cette question à son adversaire, François Legault a voulu mettre de l’avant le fait qu’il avait pour sa part fondé et dirigé une entreprise d’envergure internationale avant de faire le saut en politique. Il laissait ainsi entendre que, en sa qualité d’ancien dirigeant d’entreprise, seul lui serait en mesure de créer des emplois s’il était porté au pouvoir.

Derrière cet échange réside un présupposé quant à la piètre situation de l’emploi au Québec qui a été largement discutée et qu’une analyse rigoureuse des données de Statistique Canada nous permet de modérer. L’économie stagne et donc la création d’emplois également. Cependant, on est loin de la catastrophe dont la CAQ et le PLQ parlent constamment pour discréditer le Parti Québécois.

Regards sur la CAQ: l'obsession de la dette

Par

Tous les vendredi pour les prochains mois, l'IRIS vous offre sur son blogue une analyse des principales propositions de la Coalition pour l'avenir du Québec (CAQ) dirigée par François Legault. Aujourd'hui, l'économiste Louis Gill se penche sur les propositions de la CAQ entourant le remboursement de la dette.

Dans son texte sur l'économie, François Legault estime qu’il devient urgent de réduire le poids de la dette au Québec. Il omet de dire que, même si cette dette a été multipliée par un facteur de 1,37 en 11 ans, entre 1998 et 2009, son poids relatif en proportion de la taille de l’économie mesurée par le Produit intérieur brut (PIB) a diminué systématiquement, de neuf points de pourcentage, au cours de cette période.

Regards sur la CAQ: Une bonne note pour la politique sur les médicaments

Par

Dans son document sur la santé, M. Legault propose, afin de réduire le coût des médicaments: 1-d’abolir la règle de 15 ans, 2-d’étendre la durée des renouvellements de prescription pour certaines conditions de 1 à 3 mois, et 3-de faire preuve d’une plus grande exigence pour permettre le remboursement de nouveaux médicaments. Ces propositions avaient toutes été mises de l’avant par l’IRIS en 2010 dans son Argumentaire pour un Régime Public Universel d’Assurance-Médicaments.

Aucun document trouvé