[]

10 résultats trouvés.

L’éternel cycle électoral

Par

Voilà. On sait enfin comment le gouvernement a choisi d’investir l’argent qu’il a grappillé grâce à son programme d’austérité. Après des années à demander à la population de se serrer la ceinture, après avoir augmenté et modulé les tarifs des services de garde subventionnés, sous-financé et aboli les instances de développement et de démocratie régionales, exigé au personnel des commissions scolaires et du système de santé de faire plus avec moins, réjouissons-nous! Le temps de la disette s’est terminé aujourd’hui à grand coup de 8$ par chèque de paie et de quelques millions de plus en santé et en éducation d’ici 3 ans.

Les baisses d’impôt nous privent déjà de plus de 11 milliards

Par

Le gouvernement Couillard présentera aujourd’hui une mise à jour économique. Selon les informations qui circulent, le ministre des Finances Carlos Leitão annoncera une baisse d’impôt d’un milliard de dollars. Est-ce une bonne idée ? Pour y réfléchir, voyons en un graphique comment évoluent les impôts payés au Québec depuis 2000.

L’extrême centre mou

Par

Médiocrates et médiacrates évoluent sur un régime d’entendement si spécifique qu’il ne permet plus la communication. Si encore nos critiques restaient seulement hors de leur portée, mais au contraire, en les récupérant ceux-ci en font-ils désormais la pâte de leur idéologie. C’est ainsi que se sont dits récemment d’« extrême centre », le plus sérieusement du monde, François Legault, chef d’un parti bleu dépourvu d’imagination politique, lui qui est presque exclusivement dédié au conservatisme moral et à la déréglementation économique, Carlos Leitao, froid ministre des Finances, de même que Charles Grandmont, rédacteur-en-chef du magazine L’Actualité, à l’emploi donc d’Alexandre Taillefer, investisseur en quête de notoriété. 

Infaillibles, les banques canadiennes ?

Par

La semaine dernière, on apprenait que l’agence de notation Moody’s abaissait la cote des six grandes banques canadiennes. Le système bancaire canadien, soi-disant infaillible, montre maintenant quelques signes de faiblesse. Les raisons de la décote : la hausse de prix de l'immobilier et l’endettement des consommateurs et consommatrices. Ainsi, la Banque du Canada pourrait entrevoir une hausse des taux d’intérêts pour calmer l’appétit pour les emprunts et conséquemment ralentir la progression de l’endettement des ménages. Néanmoins, cette hausse ralentirait la consommation des ménages, qui est le moteur de la croissance du produit intérieur brut (PIB) canadien et, de manière plus problématique, elle pourrait acculer de nombreux ménages à la faillite.

Aucun document trouvé